7 septembre 2009

50.000 anti nucléaires ont manifesté à Berlin


Quelque 50.000 militants anti nucléaire ont défilé samedi à

Berlin, à trois semaines des élections législatives, pour demander une
"véritable sortie du nucléaire", officiellement prévue d’ici 2020, selon
les organisateurs.

La police n’a pas souhaité communiquer de décompte des manifestants qui
répondaient à l’appel d’une centaine d’organisations environnementales,
protection de la nature et syndicats.

Les manifestants, accompagnés de 350 tracteurs partis il y a une semaine
de Basse-Saxe, ont également réclamé la fermeture du site de stockage de
déchets radioactifs, jugé peu sûr, de Gorleben, situé dans cette région de
Basse-Saxe.

Ils ont défilé de la gare centrale de Berlin à la Porte de Brandebourg
avec pour slogan : "Arrêter vraiment - le nucléaire non merci !".

Berlin doit officiellement fermer progressivement d’ici 2020 ses centrales
nucléaires.

Cet engagement pourrait être abandonné si la chancelière Angela Merkel
parvient, comme semblent l’indiquer les sondages, à se débarrasser lors du
scrutin du 27 septembre de ses actuels partenaires de coalition
sociaux-démocrates, et à former une coalition avec les libéraux, qui sont
eux pro-nucléaire.

"La sortie du nucléaire est déjà promise depuis longtemps, mais jusqu’ici
rien ne s’est passé, et ça ne peut pas continuer ainsi", a déclaré dans un
communiqué Jochen Stay, porte-parole de organisateurs, qui vont des Verts
à l’Eglise protestante.

De son côté, le ministre de l’Environnement, le social-démocrate Sigmar
Gabriel, a exigé des conservateurs d’Angela Merkel : "Arrêtez enfin de
jouer le bras droit de l’industrie nucléaire".

"L’avenir appartient aux énergies renouvelables", a-t-il également lancé.

Selon une étude commandée par Greenpeace et rendue publique samedi, 59%
des Allemands sont opposés à une prolongation de la durée de vie des
centrales. Le nucléaire ne s’est toutefois pour l’instant pas imposé comme
un thème central de la campagne.

 

blogger templates