22 avril 2008

Régularisations de TOUS les sans-papiers !!

En acceptant une régularisation pour les 600 sans papiers en grève, en acceptant hâtivement cette régularisation à laquelle a intérêt le gouvernement (avant que le mouvement fasse tache d'huile) ... La CGT sonne le glas d'une lutte de sans papiers quasiment unique, qui, si on avait décidé de la faire durer, si on avait pris le parti de l'amplifier, se serait soldée par la régularisation de milliers, voire de dizaine de milliers de sans papiers..

Sachant que Chauveau et Amara, ont filtré les sans papiers qu'ils syndiquaient dans l'Ul de Massy (les bons, avec feuilles de paye et contrat de travail .. Les mauvais : tous les autres) ..
Si Hortefeux régularise les 600 sans papiers en lutte, triés comme dit précédemment ..
Que va-t-il advenir de tous les autres ?? Tous les autres sans papiers : ceux qui travaillent sans feuille de paye, ceux qui travaillent avec feuille de paye et qui n'ont pas eu le temps ou le bonheur (??) de croiser sur leur chemin une Ul CGT prête à faire .. Ceux qui sont malades et qui ne travaillent pas .. Ceux qui n'ont pas le droit de travailler (les demandeurs d'asile) ceux qui sont malades, ceux qui sont vieux ... Ceux et celles qui sont membres de famille, entrés par regroupement familial et qui sont venus s'occuper des enfants .. Les jeunes entrés hors regroupement familial .. Qui n'auront pas de papiers à la majorité, papiers qu'ils demanderont en étant encore scolarisés ...
Que vont-ils devenir ? Alors même que toutes les structures de la CGT viennent d'être appelées à déclencher massivement un grand mouvement de grève des sans papiers, La CGT va-t-elle arrêter son soutien parce que Francine blanche aura prouvé à la direction confédérale, au prochain CCN, qui a lieu comme par hasard la semaine prochaine, qu'elle a su gérer le problème des sans papiers , problème qui, d'ailleurs, débute pour elle au moment du conflit chez Modelux ... Alors que, comme nous le savons, cette bataille a commencé avec les sans papiers de St Bernard. En 1996. .. (disons en tout cas de façon massive) : c'est là que la CGT est allée soutenir les sans papiers, avec y compris la présence du secrétaire général de la CGT de l'époque, Louis Viannet...

On n'a pas encore vu Bernard Thibault rencontrer où que ce soit les sans papiers en lutte, ni aucun membre de la direction confédérale manifester devant un centre de rétention.. ..
On se doit de rappeler que la première lutte importante, d'après Francine Blanche : le conflit au restaurant de la grande Armée, s'est déroulée elle aussi à une vitesse éclair (moins d'une semaine ) au moment où la même secrétaire confédérale devait justifier de son "activité" sur les questions d'immigration devant le bureau confédéral de la cgt, au moment de notre démission , en février 2008.. Les conflits Modelux, metal couleur et même "buffalo" avaient duré bien plus longtemps..
Avril 2008 : Deuxième conflit de sans papiers bien orchestré par la même "équipe" : encore un conflit traité d'une façon plus que rapide, comme par hasard, au moment d'une CE confédérale et du prochain CCN.. Ce conflit des sans papiers salariés, préparé depuis de longs mois, nous dit-on, va se terminer là aussi au bout d'une semaine, pour le plus grand triomphe de
Francine Blanche et de son staff..

Pourquoi accepter dès à présent un protocole de fin de conflit , "une sortie de crise" comme le déclare F.B. à l'AFP, alors que cette bataille glorieuse, si elle durait plus longtemps, permettrait à de nombreux autres sans papiers de se mettre en grève à leur tour, et entraînerait l'obligation pour le gouvernement et Hortefeux de régulariser massivement les sans papiers ??
Moins de triomphe pour madame Blanche, certes, mais une grande victoire de tout le mouvement et une régularisation massive ..

Ce mouvement ne doit pas s'arrêter mais au contraire prendre son essor en mobilisant toutes les forces départementales, régionales de la CGT comme des autres syndicats ? Il est urgent d'appeler tous les collectifs de sans-papiers et tous les sans papiers à rejoindre la lutte ?
REGULARISATION TOUS LES SANS PAPIERS !!

source de l'article: forum AC

21 avril 2008

Printemps 2008 : pourquoi je ne soutiens pas le Dalaï Lama

Les dessous d’une manipulation médiatique et géopolitique


Plan de l’enquête :

I - Pensée unique et autocensure
II - Ombres de Chine et d’Occident
III - Les vrais enjeux de l’Himalaya
a) L’analogie soviétique
b) La cicatrice vietnamienne
c) Le château d’eau de l’Asie
d) Le Plateau d’Albion d’une armée rééquipée
e) Révélations sur le sous-sol
f) La symbolique du toit du monde
g) La vieille peur des invasions barbares
h) Le maintien de l’hégémonie occidentale
IV - Lointain Tibet, entre mythe et réalité
V - Autonomie ou indépendance ?
VI - Mao, le Dalaï Lama et la CIA
VII - La tradition de la trahison, depuis l’ère britannique
VIII - À quoi sert Reporters Sans Frontières ?
IX - Le vrai visage des chefs religieux
X - La bombe médiatique du 14 mars 2008
XI - Fausses photos : de l’Irak au Tibet
XII - Mobilisation chinoise et spectre de Rocky
XIII - À quoi servent les Jeux Olympiques ?
XIV - Sous le masque de Gandhi
XV - La grande erreur altermondialiste
XVI - L’opium de la soumission
XVII - Ne pas boycotter un pays mais une dérive globale
XVIII - Dire non à l’inhumanité comme à l’hypocrisie

à lire sur le blog de Yannis Youlountas

20 avril 2008

Rétention de Sûreté Une peine infinie

Réfutations III
(68’)

un film de Thomas Lacoste

Une co-production de La Bande Passante et du Syndicat de la magistrature


Visionnez le film et soutenez l’initiative sur www.lautrecampagne.org


Signer l'appel pour l'abolition de la loi

http://www.contrelaretentiondesurete.fr



Huit intervenants, praticiens, militants et chercheurs prennent ici la parole pour déconstruire méticuleusement ce populisme pénal prôné par le chef de l’Etat, qui a dicté l’adoption de la loi sur la Rétention de sûreté, et le populisme constitutionnel qui veut l’appliquer par-delà les principes supérieurs de notre droit.


Avec par ordre d’apparition :

- Emmanuelle Perreux, juge de l'application des peines au Tribunal de Grande Instance de Périgueux et présidente du Syndicat de la magistrature ;

- Christian Charrière-Bournazel, avocat et bâtonnier de Paris ;

- Daniel Zagury, psychiatre, chef de service au Centre psychiatrique du Bois-de-Bondy, expert auprès de la Cour d'appel de Paris ;

- Véronique Mao, surveillante pénitentiaire, secrétaire nationale de l'Union générale des surveillants pénitentiaires (UGSP-CGT) ;

- Sophie Desbruyères, conseillère d'insertion et de probation (CIP), secrétaire nationale du syndicat national de l'ensemble des personnels de l'administration pénitentiaires (Snepap-FSU) ;

- Jean Bérard, historien, Université de Paris VIII, membre de l'Observatoire international des prisons (OIP) ;

- Claude-Olivier Doron, philosophe, AMN Paris VII (REHSEIS) et secrétaire éditorial des Cahiers du Centre Canguilhem ;

- Jean-Pierre Boucher, juge de l’application des peines au Tribunal de Grande Instance de La Rochelle et ancien président du Syndicat de la magistrature.



Voir le film

- Visionnez le film sur www.lautrecampagne.org

- Soutenez et achetez le DVD 12 € (frais de port inclus) par paiement en ligne sur le site www.lautrecampagne.org ou par chèque à l’ordre de L’Autre association, 3, rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris. Le DVD comporte, en plus du film, différents textes et une filmographie.



Faire circuler

Nous vous invitons à faire connaître, circuler et projeter le film "Rétention de sûreté, une peine infinie [Réfutations III]". Ce film peut être repris sur les sites, blog, etc. Nous pouvons également nous déplacer lors d'éventuelle projection publique. Nous vous demandons cependant une seule mention obligatoire :



"Pour soutenir cette initiative et les futurs opus de la série "Réfutations" vous pouvez acheter le DVD 12 € (frais de port inclus) par paiement en ligne sur le site www.lautrecampagne.org ou par chèque à l’ordre de L’Autre association, 3, rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris. Merci de nous informer de toutes initiatives afin que nous relayons l'information sur nos différents sites."



Lire les critiques

http://www.lautrecampagne.org/medias.php



Retrouver l'ensemble de nos films

http://www.lautrecampagne.org/filmographieTL.php



Contact

info@labandepassante.org



N'hésitez pas à diffuser largement ce message

Centrale nucléaire de Golfech: Le département du Lot est répertorié comme secteur à risques

Un plan de distribution de cachets d’iode est prévu en cas de nécessité :
24 plate-formes lotoises de distribution, mais la procédure d’urgence n’est connue seulement des Maires, les populations n’en ayant pas été informées pour éviter l’effet de panique.
Il y aurait entre 30 000 et 50 000 doses pour le département du Lot
La distribution aux populations de tous les cantons est prévue dans l’heure qui suit l’alerte

1)Quels risques vis à vis de Golfech ?

20% des vents touchent le département du Lot.

En cas d’accident Cahors sera touché en 3 heures, Figeac en 6 heures.

2)En cas d’accident ou de risque d’accident, comment les décisions concernant la population (en dehors des mesures internes à la centrale ) sont-elles prises ?

En France, la sécurité de la population en cas de d’accident d’un réacteur EDF est gérée par le Préfet du département concerné.

En cas d’accident à risque, EDF prévient immédiatement la Préfecture.

Le Préfet décide des mesures à prendre dans le cadre du Plan Particulier d’Intervention (PPI) en s’appuyant notamment sur l’Organisation Nationale de Crise qui comprend, entre autres, des experts d’EDF et de l’ IPSN( Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire) prêts à agir dans l’urgence.

Les experts estiment les risques de rejets radioactifs dans l’environnent, déterminent à quel moment ces rejets pourraient sortir de l’enceinte de confinement et quantifient les rejets éventuels.

Le Préfet peut, à l’aide de ces estimations sur la gravité de l’accident, décider des mesures de confinement de la population, de la distribution de pastilles d’iode, voire même de l’évacuation de la population se trouvant à l’intérieur d’un certain périmètre autour de la centrale nucléaire.

3)Les pastilles d’iode

Les accidents de réacteurs nucléaires peuvent comporter une libération d’iode radioactif, d’autres éléments plus dangereux sont également libérés par le réacteur ( plutonium, césium 137 ect…). Si l’iode radioactif est absorbé par l’organisme, il s’accumule dans la thyroïde et augmente le risque de cancer de la thyroïde.

Pour réduire la fixation d’iode radioactif par la thyroïde on peut prendre une quantité d’iode 127 ( stable non radioactif ) suffisante pour saturer la thyroïde et empêcher ainsi la fixation de l’iode radioactif.

Quelle quantité et comment ?

En principe, l’ingestion d’une seule dose de 130mg d’iodure de potassium, soit 100mg d’iodure et le moyen proposé chez l’adulte.

Une application cutanée de teinture d’iode à 2%, de 4 à 8 ml, peut être utilisée en remplacement de l’ingestion d’iodure ( ou 20 gouttes dans un verre d’eau )

Pour situer les choses, 100mg d’iodure c’est plus de 500 fois l’apport quotidien habituel.

Il faut savoir que ce traitement est surtout recommandé chez l’enfants mais à une dose adaptée à l’âge !

Quand ?

Pour être efficace, la prise d’iodure de potassium doit se faire dans les heures qui précèdent la contamination ( si elle est annoncée ) ou dans les 3 à 5 heures qui suivent.

4)Que faire en cas d’accident ?

Se confiner, lorsque l’alerte est donnée, la population doit se mettre à l’abri, à l’intérieur des maisons et dans un local clos, afin d’éviter d’inhaler des éléments radioactifs qui pollueraient l’air extérieur à la suite des rejets par la centrale.

Se laver entièrement et se changer si l’on vient de l’extérieur afin d’éliminer les particules présentes sur la peau. (Ne pas frotter énergiquement, afin de ne pas faire pénétrer ces particules)

s’informer : écouter et suivre les consignes données par la radio et les autorités : les premières consignes seront données par France Inter et les stations locales.

Ne pas aller chercher les enfants à l’école.

Ne pas téléphoner, les lignes seront saturées.

Ne pas consommer d’aliments frais cultivés.
et ne pas consommer que des produits alimentaires produits AVANT l’événement…..donc les conserves et les produits laitiers des animaux confinés en étable et nourris avec un foin produit AVANT……

Les enfants, les adolescents, les jeunes adultes et les femmes enceintes seront les principaux bénéficiaires d’une ingestion de comprimé en cas d’une exposition à l’iode radioactif.



MAIS NE PAS OUBLIER QUE :

Nos autorités « on a bien géré la crise en 86 » donc « si c’était à refaire, » on « referait la même chose, » d’ou la nécessité de soutenir les seules sources d’information indépendantes aujourd’hui ( comme la Criirad ! )

D’autant plus que c’est l’armée qui demain « gérerait » la situation de « crise d’urgence radiologique » comme il est écrit dans les rapports….


« Sortir du Nucléaire Lot »

Tél : 05 65 22 91 11 Port : 06 09 71 64 03 Mail : sdnlot@free.fr

19 avril 2008

Entreprise de démolition (sociale)

rappel :
Lire et signer l'Appel : http://service-public-notre-richesse.fr/.



Cacophonie gouvernementale ou tourbillon médiatique
destiné à noyer dans un flot de nouvelles diverses et
variées des mesures impopulaires ? Les deux à la fois ?
Difficile de répondre. Une chose est sûre : de la
suppression de la carte SNCF « famille nombreuse » à la
fin du remboursement des lunettes, de la baisse du
nombre d'enseignants à la réforme hospitalière en
passant par celle de l'indemnisation chômage, les
dispositions annoncées par le gouvernement français
vont dans un seul sens, sans déborder d'un iota de leur
objectif : réduire les dépenses sociales. Le tout
enrubanné d'un discours policé.

Ainsi, il paraît que l'on doit désormais bannir du
vocabulaire toute référence à la « carte hospitalière »
(de très mauvaise réputation depuis le début des années
2000, car elle a servi de fer de lance aux fermetures
de petits hôpitaux). M. Nicolas Sarkozy, qui a rendu
publics, le 17 avril, les grands axes de la « réforme »,
préfère parler de « nouveau paysage hospitalier » -
lequel comptera 200 hôpitaux de moins d'ici 2010. Même
souci de forme chez M. Claude Evin, ancien ministre
socialiste de la santé et fervent partisan de ce
nouveau tour de vis dans lequel il ne voit que
« mutations en douceur » - expression plus appropriée,
assure-t-il, que « fermetures ». Maternités locales et
hôpitaux de proximité disparaîtront donc... mais sans
brutalité. D'ores et déjà, on voit se profiler des
« déserts médicaux » (il faut parfois faire 80 ou 100 km
pour accoucher, par exemple), tandis que les grands
centres hospitaliers aux plateaux techniques de pointe
sont encombrés pour des soins banals.

Le projet présidentiel confirme une réorganisation en
réseau, dont le principe aurait pu être intéressant
s'il n'offrait un partage démesurément favorable aux
cliniques privées (qui prendront plus en charge la
chirurgie et la médecine programmées - plus rentables -,
et laisseront au secteur public les pathologies
lourdes - plus coûteuses). Il prévoit également de
donner tout pouvoir à un directeur unique (exit les
médecins et les élus). Bien gérer avant de bien
soigner. Or, les vrais problèmes de l'hôpital public
- un manque de médecins (avec le numerus clausus, on est
passé à 2 500 formés par an contre 8 500 il y a vingt ans),
une pénurie d'infirmières, l'organisation des urgences -
sont renvoyés à des échéances indéterminées....

Autre secteur en ligne de mire : les prestations
sociales. L'allocation familiale majorée pour les
enfants de 11 ans est supprimée ; elle ne sera versée
qu'à partir de 14 ans et augmentée de 60 euros. Le
manque à gagner pour les ménages est évalué à 138 millions
d'euros par la Caisse nationale des allocations familiales
elle-même (CNAF). Dans le même esprit, le gouvernement
avait planifié la suppression de la carte famille nombreuse
de la SNCF, qui donne droit à des réductions, compensées
par l'Etat, auprès du service public. Devant le tollé général,
la décision est suspendue. Tout comme la proposition de la
ministre de la Santé, Mme Roselyne Bachelot, de supprimer le
remboursement des lunettes. Mais ce n'est que partie
remise, alors que les dépenses d'optique font déjà
partie des soins auxquels renoncent les familles, faute
de moyens. Le candidat Sarkozy n'hésitait d'ailleurs pas
à décréter qu'il fallait « porter les remboursements des
lunettes à 50 % »...


... Lire la suite de cet article inédit de Martine BULARD :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-04-18-Social

ainsi qu'une sélection d'articles de nos archives.

18 avril 2008

19 avril : Journée mondiale d’action contre les bombes à sous-munitions (BASM)


http://www.sousmunitions.fr/je-signe/

17 avril 2008

NON au démantèlement des services publics!

A l'initiative de personnalités du monde associatif et syndical ainsi que de la société civile, un appel, soutenu par la Fondation Copernic, est lancé contre la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) :

"Nous assistons actuellement de fusion en restructuration, d’externalisation en privatisation et de flexibilité en précarité, à une vaste opération de destruction des fondements du Service public et de la Fonction publique. La « Révision générale des politiques publiques » (RGPP) est le plus récent développement de cette campagne dirigée par le gouvernement, encouragée par le patronat et menée par des cabinets privés. Elle s’attaque frontalement à l’ensemble de la Fonction publique d’État, Territoriale et Hospitalière. Comme déjà dans d’autres secteurs (Poste, EDF, télécommunications, transports…), cela signifie la détérioration organisée des services rendus au public, ouvrant la voie à la privatisation des activités les plus profitables, à la disparition de nombreuses autres."

Lire et signer l'Appel : http://service-public-notre-richesse.fr/.

Pour tout contact : contact@service-public-notre-richesse.fr

Psyché

Il existerait autour de notre planète une couche invisible et concentrique à l'atmosphère appelée noosphère par le géochimiste Vernadski. D'après Chardin, éminent jardinier de la théologie quantique, cette pellicule de pensée d'à peine quelques kilomètres d'épaisseur serait composée de communications humaines. Une sorte de fluide émanant de l'hémisphère droit de nos cerveaux, lieu de l'intuition. Cet hémisphère serait doté de la capacité d'émettre et de recevoir des informations vers et depuis la noosphère. Le gauche les transformerait en idées rationnelles telles que la maîtrise du feu, l'invention de la roue... De quoi rêver, ou c'est selon, en frémir.

Généralement je suis suspicieux à l'égard de ces envolées métaphysiques. Peut-être au fond, plus par crainte de ce qui nous dépasse, que par pragmatisme.
Mais si c'était vrai, mathématiquement vrai? Imaginons que la noosphère devienne bientôt le relais d'une pensée émise puissamment par la volonté d'un groupe humain. D'aucun se mettraient à désirer fortement une alternative pour le monde, pour les démocraties, pour le sauvetage -in-extremis- de la planète. Si on assemblait cette chaîne de pensée? Qu'est-ce qu'on risque: de s'unir enfin? De communiquer? De sublimer notre condition d'amas de cytoplasmes, d'échapper à notre destin de moutons bêlant?

A tous les moutons noirs:
Avis! Révoltons-nous! Unissons-nous! Insurrection de l'hémisphère droit! non gauche! enfin les deux quoi ! Insurrection des consciences, des co-sciences, de l'esprit (?). Insurrection (tout court) de nous! Cà urge!

source: le blog de rizzlaba

MARDI 22 AVRIL SOIREE PUBLIQUE DES AMIS DE LA TERRE

Mardi 22 avril à 20 h 30

INVITATION GRATUITE -> A diffuser sans modération


Alain Ciekanski

Les Amis de la Terre de Midi-Pyrénées

22 place du Salin 31000 Toulouse
Tel rép fax 05 61 34 88 15

A la Mairie annexe du Pont des Demoiselles, 3ème étage
7 av St Exupéry (entrée parking Casino)
(Suivre le fléchage : accès par escalier, ou par la rampe du parking extérieur)


- Quelques infos écolos en préambule :

---La loi (pro ?)OGM et le déni des conclusions du GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT

---Le plan de déplacement urbain et Les assises de la Mobilité à Toulouse en juin

---Le Festival de la Terre : expos, conférences, …

---La fête du vélo 14 juin : ballade anti-LMSE : Capitole – Canal du Midi (rdv 10 h place du Capitole)


Thème principal :

CHERNOBYL DAY


Présentation de l’action du 26 avril : date anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

--- Projection vidéo : « T » de Joël Postole et Cécilia Colombo , auteur de « Pripyat : vert comme l’enfer » (une promenade dans les rues de Tchernobyl…)

Déjà un beau succès pour la première édition de l’action “Chernobyl Day” http://www.chernobyl-day.org/>

Les 3000 masques symbolisants les victimes passées, présentes ou futures du nucléaire civil et militaire ont tous été diffusés à ce jour.

Il est encore temps de participer en fabriquant votre masque vous-même : http://www.chernobyl-day.org/spip.php?article34

A ce jour, 102 actions sont répertoriées en France ou ailleurs dans le monde : http://www.chernobyl-day.org/spip.php?rubrique1


Tchernobyl

22 ans après, la catastrophe continue!
Savez-vous que le 26 avril 1986, un réacteur de la récente centrale nucléaire de Tchernobyl explosait, libérant un nuage radioactif ?
Savez-vous que ce nuage a contaminé l’Europe et la planète entière ?
Savez-vous que 800 000 jeunes hommes furent mobilisés pour ensevelir ce réacteur sous des tonnes de béton ?
Gravement irradiés, nombreux d’entre eux sont morts et continuent de mourir.
Sans leur sacrifice, l’Europe aurait pu être rendu inhabitable.
Savez-vous qu’aujourd’hui encore, sur un territoire vaste comme le quart de la France, 2 millions de personnes s’empoisonnent quotidiennement, condamnés à consommer leurs productions agricoles contaminées ?

Savez-vous qu’un nouvel accident comparable à Tchernobyl peut survenir n’importe quand, dans tous les pays exploitant le nucléaire, y compris en Europe de l’Ouest ?
Il s’en est ainsi fallu de peu en 1999 dans l’estuaire de la Gironde (centrale du Blayais), en 2006 en Suède ou encore en 2007 au Japon.

Savez-vous que l’Etat français avec 58 réacteurs prétend pouvoir gérer les conséquences d’une catastrophe nucléaire, alors que la décontamination d’un territoire s’avère impossible ?

Savez-vous qu’à cause de l’accord datant de 1959, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) n’a pas le droit de s’exprimer ou d’enquêter sur le nucléaire et sur ses conséquences sans l’aval de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) ?
L’étude des conséquences de la radioactivité sur la santé humaine, en particulier des faibles doses ingérées, est donc muselée.

Savez-vous que le nucléaire ne produit que 3% de l’énergie consommée sur la planète ?
Savez-vous qu’on peut décider rapidement de sortir du nucléaire ?

De multiples solutions existent, sans risque, créatrices d’emplois, et…


Collectif anti-nucléaire toulousain

Journée Sortir du nucléaire et Décroissance

Conférence-débat à Figeac (46)

Samedi 19 avril 2008

Journée spéciale « Sortir du Nucléaire et décroissance »

10 h – Commémoration de Tchernobyl sur le marché de Figeac

Distribution de pastilles d'iodes, Stands, animations...

14h – 18 h Conférence-Débat

  • 14h – Intervention de Cyril Giraud, administrateur de la CRIIRAD

« Risques du nucléaire et de la radioactivité »

  • 16h – Intervention de Bertrand Bozec , colporteur de Décroissance

Film « simplicité volontaire et Décroissance » de Jean-Claude Decourt

Restauration bio

21 h - soirée festive

Entrée 8 euros

Pour + d’infos : groupe « sortir du nucléaire lot » Lafargue-46170 Sainte Alauzie

Tel 05 65 22 91 11 – Email : sdnlot@free.fr – http://groupes.sortirdunucleaire.org

Nous espérons que vous serez nombreux

A très bientôt !

13 avril 2008

PETITION CITOYENNE : JOUER AVEC NOS VIES, CA SUFFIT ! PAS TOUCHE A NOS RETRAITES

PETITION CITOYENNE POUR RECLAMER UNE GESTION SCRUPULEUSE ET CONFORME DU FONDS DE RESERVE POUR LES RETRAITES

SIGNER LA PETITION ICI

Le Canard Enchaîné du 9 avril 2008 a révélé en page 3 que le Fonds de Réserve des Retraites (FRR) créé en 1999 par le Gouvernement Jospin, et géré par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), venait de perdre 3.1 milliards d’euros suite à un placement boursier fort contestable et risqué.

Suite de l'article ici

10 avril 2008

Débat: La valeur travail sans le salaire.

mercredi 9 avril 2008 par Réseau d'allocataires solidaires

La messe est dite. Il fallait être un croyant bien convaincu pour gober les termes du pari de Martin Hirsch : qui pouvait sincèrement penser que le gouvernement qui rogne sur la moindre dépense sociale allait brusquement investir plusieurs milliards d'euros pour augmenter le revenu des travailleurs pauvres ?

En quelques phrases, Sarkozy vient de mettre un point final à cette douce utopie et ramener les acteurs du Grenelle de l'Insertion à la réalité : il y aura bien un RSA, mais sans moyens financiers.

Stupeur et tremblements …. Mais qu'est ce qu'un RSA sans moyens financiers, s'interrogent les médias qui depuis un an avalent les oraisons de Martin Hirsch sans même avoir pris la peine de lire les textes de lois qui encadrent les expérimentations.

Nous autres, Rmistes de toute la France aurions pu leur donner la réponse, les réponses, depuis un an.

Le RSA sans moyens financiers, c'est la fin du RMI, tout simplement, c'est l'emploi en miettes et la solidarité en charpies.

Val d'Oise début avril : les travailleurs de la CAF sont en grève, les usagers solidaires. Normal, la fermeture de la CAF, ils y sont habitués, les antennes ont été fermées presque une semaine sur deux cet hiver, à cause du retard pris dans les dossiers.

Drôme, hiver 2007 : le conseil général affame des centaines de travailleurs précaires, qui ont trop peu d'heures pour bénéficier du régime saisonniers de l'Assedic, et à qui on interdit désormais le RMI pendant les périodes creuses.

Bouches du Rhône, hiver 2007 : désormais, l'insertion est informatique. Chaque nouvel entrant au RMI remplit un questionnaire et est immédiatement orienté vers des démarches d'insertion professionnelle OU sociale. Miracle de la technologie, 92 pour cent des allocataires n'ont pas de problèmes sociaux et sont dirigés d'office vers l'ANPE ou les officines de placement privé. Appuyez sur entrée, et plus de mal logés, plus de malades, que des employables.

Mars 2008 : la bouche en cœur , on nous annonce que le nombre de Rmistes a baissé de huit pour cent. Seulement ? Le trucage des chiffres du chômage est devenu un marronnier journalistique, mais pourtant aucun d'aux n'ira chercher ce que signifie « la baisse mécanique due à la réforme de l'intéressement. C'est pourtant simple : au moins un tiers des Rmistes est en emploi à temps partiel, parmi lesquels toutes les personnes embauchées en contrats aidés. Jusqu'en 2006, une personne qui bénéficiait du cumul allocation\ salaire était comptabilisée dans le nombre des Rmistes pendant toute la durée de ce cumul , jusqu'à un an. Depuis la réforme, au bout de trois mois, il ne s'agit plus de cumul mais d'une prime forfaitaire.

Les précaires concernés sortent des statistiques.

Ce même mois de mars 2008, la Caisse Nationale d'Allocations Familiales se félicite des résultats de la lutte contre la fraude. Elle a bien raison. Pas très difficile de tomber sur ce qu'on a toléré pendant des années pour garantir un semblant de paix sociale. Et que je te sucre les allocs des couples qui ne se déclaraient pas pour ne pas perdre un tiers de leurs ressources, et que je tombe sur le dos des étudiants qui percevaient le RMI plutôt que d'aller réviser à Mc Do ou à Télé Performance. Et que je t'oblige les mères isolées à faire des procédures judiciaires pour obtenir trois francs six sous d'un ex dans la dèche ou violent, sous peine de perdre toute allocation.

Le RSA au rabais ? Le bâton sans la carotte, brutal.

Question à cent euros : que reste-t-il à expérimenter à part la précarisation maximum pour les départements qui savent ne rien avoir à attendre en moyens financiers de la part de l'Etat . Dans quarante d'entre eux aujourd'hui, les politiques peuvent décider librement du niveau de cumul allocation/ salaire, et aussi de maintenir ou pas les aides au transport, au logement, à la garde d'enfants. Bref décider ou pas de payer pour les pauvres au lieu de garder le fric pour des aides attractives aux entreprises.

Dans tous les départements, depuis la loi TEPA, chaque Président de Conseil général, bien souvent également maire ou député ou élu régional peut décider de moduler à sa guise les contrats aidés, plus ou moins de rémunération, plus ou moins de durée , plus ou moins de possibilités d'y recourir pour des besoins d'emploi même durable. Tiens, les collectivités publiques sont aussi les employeurs qui recourent le plus à ce type de contrats, dans les écoles, dans les administrations , et même dans….les services de contrôle des allocataires de minima sociaux. A part Martin Hirsch, quelqu'un pour croire au Père Noel et penser que les patrons vont décider en toute générosité d'accorder de nouveaux droits à leurs salariés?

Et nous, alors, les millions qui passent chaque année par la case RMI version RSA , que nous reste-t-il à expérimenter, à part la chute dans un dispositif ou la valeur travail est devenue l'alpha et l'oméga de l'insertion, une valeur à laquelle on nous impose d'accorder tant de prix qu'elle devrait nous suffire en elle-même et nous dispenser de demander un salaire décent et les moyens d'en vivre ?

La réponse est forcément brutale, elle aussi. De l'ordre du « fait divers « encore trop souvent.

Caissières de supermarché en garde à vue pour avoir pratiqué la démarque inconnue, étudiants matraqués pour avoir réquisitionné de la bouffe au supermarché après une assemblée générale ou se sont notamment discutés les moyens de lutter contre la hausse des droits d'inscription.

Télescopage des images : une page de pub , des Monsieur ou Madame tout le monde défilent dans une rue ordinaire, en criant « Trop cher, trop cher », les commerçants baissent leurs rideaux en toute hâte. Une page d'infos, émeutes de la faim en Egypte et au Sénégal, le printemps commence au Sud cette année, ailleurs des millions d'interdits de RMI n'ont pas attendu le mois de mai.

lien vers cet article: http://www.collectif-rto.org/spip.php?article634

Résistance au traité de Lisbonne

!

Citoyens d’Europe Contre le Régime Illégitime : CECRI

Organisation de la résistance au traité de Lisbonne,
et plus généralement à tous les « traités constitutionnels » :
proposition pour des Manifestations Populaires Obstinées (MPO)
à date et heure fixes dans toute l’Europe.


Les représentants politiques des différents pays européens, tout en affirmant leur amour de la démocratie, ont engagé depuis cinquante ans un processus constituant sans les peuples qu’ils sont pourtant censés représenter, et même parfois carrément contre eux, comme en France et aux Pays-Bas où les élus imposent par voie parlementaire ce que leur peuple vient de refuser expressément par référendum.

Les reproches majeurs que nous faisons aux institutions européennes (voir encadré page suivante), et notamment celui de verrouiller partout l’impuissance politique des citoyens, ne sont nullement pris en compte par les élites politiques, médiatiques et économiques : la démocratie imposée par nos élus est de plus en plus clairement factice.

Pourtant, les indicateurs alarmants sont nombreux qui devraient nous inciter à contrôler tous les pouvoirs à tout moment : le crash financier majeur imminent, la dérive policière des "démocraties" prétendument "libérales" où même la torture — pratiquée sur des citoyens incarcérés sans procès et sans défense — est autorisée et même encouragée au prétexte de "lutte contre le terrorisme", l’usage massif d’armes nucléaires (des milliers de tonnes de munitions à l’uranium) dans des pays écrasés par des guerres contre d’insaisissables "terroristes", guerres déclenchées sans que les peuples puissent l’interdire, la prolifération exponentielle des OGM sans moyen de résister, le sabordage des services publics au prétexte d’une dette fabriquée de toutes pièces par l’abandon de la création monétaire, dette publique qui rend les prêteurs privés maîtres des principales décisions publiques, l’abandon des peuples par leurs propres représentants — politiciens de métiers qui doivent trop leur pouvoir aux puissances financières —, jusqu’aux constitutions écrites désormais directement par les présidents et leurs ministres et imposées sans référendum ! La coupe est pleine et ça urge ! Il est temps que les citoyens reprennent le contrôle de leurs représentants.

Nous, citoyens européens de toutes tendances, attachés au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, contestons solennellement le droit des responsables politiques à redéfinir eux-mêmes leurs propres pouvoirs sans consulter directement les peuples concernés. Les élus ne sont pas propriétaires de la souveraineté populaire ; ils n’ont pas de légitimité à modifier eux-mêmes les institutions.

L’expression "traité constitutionnel" est un aveu d’abus de pouvoir : on n’écrit pas les constitutions par voie de traité. Ce n’est pas aux ministres, ni aux parlementaires ni aux juges d’écrire ou de modifier les institutions européennes : seuls les peuples eux-mêmes, — sur proposition d’une Assemblée constituante désintéressée, c’est-à-dire dont les membres n’écrivent pas des règles pour eux-mêmes —, seuls les peuples eux-mêmes ont la légitimité politique de fixer et limiter les pouvoirs de leurs représentants, par référendum, à l’issue d’un vrai débat public.

Au contraire, les gouvernants européens profitent de leur pouvoir pour en abuser : le processus constituant « par traités » rend les institutions européennes très profondément illégitimes. Il nous semble important et urgent de résister à cette dérive tyrannique et d’organiser cette résistance pour aussi longtemps qu’elle sera nécessaire.


Un souvenir : avant la chute du mur, les Allemands de l’est manifestaient tous les lundis à 18 h pour dire simplement : « le Peuple, c’est nous ». Ils étaient parfois une poignée, parfois des dizaines de milliers, mais ils étaient toujours là, visibles. Ce geste courageux de résistance durable pourrait nous inspirer dans notre lutte contre le processus despotique qui se déroule avec les traités inconstitutionnels européens : nous pourrions, nous, institutionnaliser la résistance, autant que possible, en multipliant les lieux où se manifeste le mécontentement :

Dans toutes les villes d’Europe où il existe des résistants déterminés, seraient organisées
DES MANIFESTATIONS HEBDOMADAIRES CONTRE LE RÉGIME ILLÉGITIME
,
tous les mercredis à 18 h
par exemple.

Lors de ces manifestations, on pourrait médiatiser internationalement les principales initiatives citoyennes du moment, ce qui donnerait à ces initiatives de la visibilité, et donc de la force. Par exemple :

la plainte de milliers de citoyens auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre l’État pour violation du droit à élire notre Corps législatif, plainte d’origine citoyenne que soutient www.29mai.eu,

la pétition contre le parasitisme financier, déchaîné par des institutions européennes complaisantes qui interdisent aux États de gêner la libre circulation des capitaux, pétition d’origine citoyenne que défend www.stop-finance.org,

la pétition pour l’indispensable et très populaire Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC), pétition et projet citoyen développés par www.ric-france.fr, etc.


Dans les grandes villes, c’est même chaque arrondissement (ou chaque quartier) qui pourrait organiser une telle manif hebdomadaire, pour que chacun puisse s’y associer souvent sans trop perdre de temps en transport inutile ; il est d’ailleurs sans doute plus efficace — pour signifier qu’une colère générale gronde — que les manifestations, même petites, soient très nombreuses, un peu partout en Europe.

Un site web (un wiki ou un spip pour permettre le travail collaboratif) centraliserait une carte européenne des manifestations et récapitulerait les villes et les villages européens actuellement en résistance affichée, ainsi que les meilleures initiatives populaires (slogans, visuels, plaintes, actions, événements, manifestes, images et textes…).


Est-ce que cette petite graine d’idée saura germer partout en Europe ? Je l’espère :o)

Étienne.
8 avril 2008
Citoyens_d_Europe_Contre_le_Regime_Illegitime.pdf

source:http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2008/04/07/93-pour-des-manifestations-populaire-obstinees-mpo

8 avril 2008

Sarkozy tape sur les chômeurs

Le chef de l'Etat annonce une loi pour sanctionner les chômeurs qui refusent deux offres d'emploi. Et déclare que le RSA sera «calibré» en fonction des disponibilités financières de l’Etat.

Liberation.fr (avec source AFP)
LIBERATION.FR : mardi 8 avril 2008

Le gouvernement présentera «dans les prochains jours» un texte pour «tirer les conclusions» du refus par un demandeur d’emploi de deux offres d’emploi «raisonnables». C’est ce qu’a déclaré cet après-midi Nicolas Sarkozy en marge d’un déplacement à Cahors.
Le Président n’a pas donné plus de précisions sur ces «conclusions», mais au cours de la campagne électorale de 2007 et depuis son élection à la présidence, Nicolas Sarkozy s’est à plusieurs reprises prononcé pour des «sanctions» à l’encontre des demandeurs d’emploi qui refuseraient deux offres d’emploi considérés valables. En septembre dernier, il avait annoncé son intention de définir sur ce dossier «avant la fin de l’année des procédures et des sanctions, à la fois plus efficaces, plus fermes et plus justes».

Lors de ce déplacement sur «la réforme de l’administration territoriale de l’Etat», le chef de l’Etat a durci le ton sur les politiques sociales, en partie responsables selon lui du déficit et de la dette. «Les dépenses sociales sont indispensables pour notre pays mais si le poids des prélèvements obligatoires est tel que les emplois se délocalisent, ça crée des chômeurs en plus et ça fait exploser les dépenses sociales», a fait valoir le chef de l’Etat.

«Matignon veut calibrer et reconfigurer le RSA»

Première victime de cette vision des politiques sociales: le revenu de solidarité active (RSA), âprement défendu par Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives. Il serait finalement calibré en fonction des finances de l’Etat. Autrement dit, un RSA au rabais. Le revenu de solidarité active est «une idée extrêmement intéressante», juge encore Nicolas Sarkozy, mais «il faut le calibrer en fonction des disponibilités financières qui sont les nôtres». Le Président assure néanmoins que le RSA comme la fusion des minima sociaux «sont des engagements que j’ai pris et que je tiendrai».

Le RSA garantit à un allocataire de minima social une augmentation de ses revenus lorsqu’il trouve un emploi. Il est actuellement expérimenté dans 34 départements. Martin Hirsch veut le généraliser en 2009, ce qui coûterait entre 2 et 3 milliards d’euros. Mais Le Figaro affirme, de source gouvernementale, que le coût du RSA «devra tourner autour d’un milliard d’euros». Ce sera «un RSA un peu différent de celui imaginé par Martin Hirsch», selon cette source, car «Matignon veut "le calibrer et le reconfigurer" et exclut qu’il soit pérenne, c’est-à-dire qu’il puisse être versé à quelqu’un ad vitam aeternam». Pressentant les difficultés auxquelles il pourrait se heurter pour imposer son idée phare, Martin Hirsch a de son côté affirmé, également mardi, dans Le Pèlerin, qu’il ne voulait pas d’un RSA «au rabais».

Du 8 au 13 avril 2008, Caracas (capitale du Venezuela) devient la Capitale Mondiale pour la Paix et de la Lutte Anti-Impérialiste.

Le Conseil Mondial pour la Paix s'y réunit de puis hier lundi et a déclaré Caracas Capitale Mondiale pour la Paix. C'est la première fois que le Conseil (128 organisations de 82 pays) se réunit en Amérique Latine.



Pour connaître l'histoire du conseil Mondial pour la paix:

http://colorvermell.canalblog.com/archives/2008/03/24/8442346.html (en français)

Pour connaître l'emploi du temps du Conseil:

http://www.aporrea.org/tiburon/n112044.html (en espagnol)


2 avril 2008

Rencontre Latinoaméricaine contre le Terrorisme Médiatique

La première Rencontre Latinoaméricaine contre le Terrorisme Médiatique a eu lieu des 27 au 30 Mars à Caracas (Venezuela).

Cette rencontre comprenait des journalistes, des "communiquants" et étudiants en communication d’Amérique Latine, des Caraïbes et du Canada (14 pays sur le continent américain).

Elle a donné lieu à la "Déclaration de Caracas" qui dénonce l’usage de la falsification par les multinationales de l’information comme une agression massive et permanente contre les peuples et les gouvernements qui luttent pour la paix, la justice et l’"inclusion" (= le contraire de l’exclusion. pas trouvé de mot en Français!).

"Le terrorisme médiatique est la première expression et la condition nécessaire au terrorisme militaire et économique que le Nord industrialisé emploie pour imposer à l’humanité son hégémonie impériale et sa domination néo-colonaile" dit le texte.

Il ajoute que, en tant que tel, "c’est un ennemi de la liberté, de la démocratie et de la société ouverte, et il doit être considéré comme la peste de la culture contemporaine"

Le document souligne que l’information doit être considérée comme un droit fondamental des peuples, et non comme une marchandise.

Il ajoute : "Non seulement la SIP mais des groupes de choc comme "Reporters Sans Frontières" obeissent à Washington en falsifiant la réalité. Dans ce contexte, l’Union européenne joue un rôle honteux, en contradiction avec la lutte hroîque de son peuple contre le "nazi-fascisme" ("el nazi-fascismo").

La Rencontre Latinoaméricaine établit la nécessité de créer une Plate-forme Internationale Contre le Terrorisme Médiatique et une nouvelle réunion aua lieu pour ce faire avant deux mois. Elle exhorte les chefs d’Etat d’Amérique latine et des Caraïbes à inclure le thème du terrorisme médiatique dans toutes les réunions internationnales.

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article64117

En espagnol: http://www.abn.info.ve/go_news5.php?articulo=126554&lee=1

 

blogger templates