14 juin 2007

Contre-G8. Ce que j’ai vu. Ce que j’ai vécu. Rostock, 2 et 3 juin 2007.


Contre-G8. Ce que j’ai vu. Ce que j’ai vécu. Rostock, 2 et 3 juin 2007 . Témoignage de Corinne Perron, représentante en France de l’USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et des Exploités) Coordinatrice CCIPPP
(source: www.protection-palestine.org

On ne se connait pas pourtant on se reconnait tout de suite. Aux sacs à dos bien sûr, mais surtout aux bâtons de drapeaux qui en dépassent. Certains ont déjà des auto-collants sur leurs jeans. Il y a la petite dame avec son bob et son badge "attac" agrafé dessus. Il y a toujours, dans ce genre de groupe, une petite dame avec un bob et un badge" attac" agrafé dessus.

Sous le panneau de départs des trains s’entassent les tentes encombrantes et les tapis de sol enroulés. Je suis avec les "SUD-SOLIDAIRES". Il restait une place pour moi dans leur train, la place pour l’USTKE. L’USTKE fait campagne en ce moment en Kanaky où elle présente deux candidats aux législatives, Loulou Kotra Uregei et Franck Apok. Si ces deux là sont élus, ça fera le plus grand bien à l’Assembée Nationale, ça mettra de l’ambiance... Rien que par leurs statures magnifiques et leurs voix puissantes, Franck et Loulou feront vibrer ce parlement de députés livides, sinistres dans leurs costumes tristes. Mais surtout ils seront dans cette assemblée pour faire résonner leurs revendications légitimes et réalistes face à l’oubli programmé des acquis de la lutte du peuple kanak et rappeler leur combat contre l’arbitraire colonial et contre l’arrogance d’un système politique dominant. Ah oui, ce serait magnifique de voir ces deux là mettre les deux pieds dans le plat et d’y peser de tout leur poids.

Bon, d’ici là, je vais manifester pour eux contre le G8. C’est pour ça que je suis là aujourd’hui, gare du Nord, avec ma petite troupe de syndicalistes. Ca y est, tout le monde a sa gourde, son sac, sa tente, ses chaussures de marches, son billet... ? Allez on y va. Train couchettes pour Hambourg. Je vais me coucher direct. De garde la veille à l’hôpital, je n’ai pas dormi depuis 24h. La couchette d’un train me rappelle la bannette d’un bateau, avec les douces secousses comme des légers coups de gîte et le bruit de frottement sur les rails comme les grincements de la coque sur les vagues. Alors forcément je dors bien.

A Hambourg, il y a plus de militaires sur les quais que de voyageurs. Pourtant nous sommes encore bien loin du but, plus de trois heures de train encore jusqu’à Rostock. Nous savons que la police est à cran dans tout le pays, depuis plusieurs semaines.

"Près de 17000 policiers et militaires ont été mobilisés à Rostock et à Heiligendamm, soit plus de 5% des effectifs du pays. Des perquisitions lancées simultanément dans plusieurs grandes villes ont visé, début mai, les militants anti-G8, les policiers saisissant les disques durs des ordinateurs et bloquant les serveurs informatiques de certains réseaux alternatifs. Les autorités ont menacé de détention préventive et relevé les empreintes olfactives de plusieurs militants. Le ministre de l’Intérieur, Wolfgang Schaübe, a même parlé de risque "terroriste". Sans parler du grillage métallique de 2,5 mètres de haut surmonté de barbelés, qui entoure sur près de 12 kilomètres la station balnéaire d’Heiligendamm où les dirigeants du G8 ont rendez-vous à partir de mercredi, et du filet de sécurité installé au large de la mer Baltique" [1]

lire la suite...

 

blogger templates