10 mars 2010

La monnaie des faux-monnayeurs (suite)

Par Michel Peyret
« Par essence, les créations monétaires ex nihilo que pratiquent les banques, est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimés par la loi. »
Ici, c’est Maurice Allais, prix Nobel de Sciences Économiques 1988, qui mène à son terme l’article que j’écrivais la semaine dernière sous le titre : « Mal-venue, mal-aimée, c’est la monnaie des faux-monnayeurs. »


L’ARNAQUE MONÉTAIRE


Ici, c’est aussi « Alter-Info » qui prend le relais en avril 2008, et le temps passé n’a pas apporté une ride à l’affirmation : « L’arnaque monétaire internationale ou la face cachée de la mondialisation. » Il convient de préciser toutefois que, si l’objectif est effectivement la mondialisation, que je qualifie pour ma part de capitaliste, le moyen, les outils, permettant l’arnaque sont ici d’essence européenne ainsi que je le montrais dans l’article précédent. « Contrairement à une idée largement répandue dans le public, poursuit « Alter-Info », la monnaie n’est pas créée par un organisme d’État. »
Nous savons tous que cela n’a pas toujours été le cas, au contraire même la création monétaire était de longtemps un attribut des États, ou des Banques centrales qui étaient sous leur tutelle, leur autorité. Et bien nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui pensent que c’est toujours le cas, même s’il ont entendu parler de la Banque Centrale Européenne et de ses prérogatives au nombre desquelles il convient avant tout de compter l’euro.


LA BCE NE PEUT ACCORDER DE CRÉDITS


L’entourloupe est là :
« Depuis le 1er janvier 1999, poursuit Alter Info, la Banque Centrale Européenne ( BCE ) s’est vue transférer les compétences des Banques Centrales Nationales ( BCN ) des États membres. La BCE, et les BCN, devenues ses sous-traitants, forment le Système Européen des Banques Centrales ( SEBC ). La BCE a le monopole d’émission de la monnaie fiduciaire, autrement dit des pièces et des billets de banque.
C’est une institution indépendante, selon le traité de Maastricht, et elle ne peut en aucun cas accorder un découvert ni aucune forme de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publiques des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite, selon l’article 104 du traité. »
Le peuple grec est en train de comprendre ce que cela veut dire ! Et d’autres peuples pays et gouvernements pourraient être en nécessité de l’entendre rapidement !


LES GOUVERNEMENTS LIGOTÉS


En fait, en ayant perdu le monopole de la création monétaire, les gouvernements ont aussi perdu toute possibilité d’initiative monétaire ou économique directe, ils sont ligotés, et la BCE ni le SEBC ne sont en droit de leur apporter une aide de quelque nature que ce soit ! Pas seulement ligotés d’ailleurs, on leur a passé la camisole de force !
Aussi, si l’objectif du SEBC est de maintenir la stabilité des prix et d’apporter son soutien aux politiques économiques générales de la communauté, comme de contribuer à la réalisation des objectifs de la communauté, la communauté se propose aussi d’obtenir un niveau d’emploi élevé, une croissance durable et « non inflationniste » ( article 2 du traité sur l’Union européenne ).


LES GOUVERNEMENTS ONT DES CRÉANCIERS


Autrement dit, le gouvernement français, comme les autres gouvernements européens, « doit financer son déficit en vendant à des organismes privés et à quelques riches investisseurs des bons au trésor », montre Alter Info. « Il s’agit ni plus ni moins de prêts remboursables à plus ou moins long terme et auxquels sont associés des intérêts comme pour n’importe quel prêt contracté par une entreprise ou un particulier. Les détenteurs de ces bons au trésor sont donc des créanciers de l’État. »
Précisons que ces créanciers peuvent être des banques, des fonds d’investissement... et même des États qui, dès lors, ont en main un énorme moyen de pression sur les gouvernements endettés. Ainsi le gouvernement chinois a-t-il acheté une part importante de la dette des États-Unis, pays du monde le plus endetté, lequel doit mesurer ses rodomontades vis à vis de la Chine qui peut dès lors écouler à bon compte ses marchandises aux États-Unis. Ainsi, en Europe, les institutions européennes ont créé une situation originale : Les gouvernements ne peuvent plus créer de monnaie, ils sont donc obligés de se mettre sous la dépendance de tiers qui, en fait, peuvent intervenir dans leur gestion.


LES CAMISOLES DE FORCE


C’est en quelque sorte une deuxième camisole de force, inséparable de la première, qui vient en redoubler les effets, le corsetage féroce des politiques nationales et la tentation immense, on le perçoit bien en Grèce, de pressurer davantage le peuple qui n’en peut mais... Mais alors, comment se crée la monnaie si les gouvernements ne peuvent le faire et si la BCE interdite d’inflation est réduite au monopole d’émission de la monnaie fiduciaire ? C’est qu’aujourd’hui la plus grande part des transactions s’effectue en monnaie scripturale ( chèques, cartes bleues, virements,…) qui est la forme dématérialisée de la monnaie.
Selon Alter Info, qui se réfère à l’agrégat M3-bulletin n°153 de la Banque de France de septembre 2006, il y avait 7 387 milliards d’euros en circulation, mais dans cette somme, seulement 552 milliards d’euros de pièces et de billets. Alors d’où viennent, ou comment sont créés les 6 835 milliards d’euros supplémentaires ?


LES BANQUES CRÉENT LA MONNAIE


Selon Alter Info, et tout apparaît crédible en cette affirmation, ce sont les banques privées qui créent cet argent par l’intermédiaire du crédit. Et l’on ne peut être rassuré par l’idée avancée que ce serait l’épargne qui permettrait le crédit : « Malheureusement non, le crédit n’est nullement limité par la valeur des dépôts effectifs dans une banque, comme le précisait dès 1971 un opuscule édité par la Banque de France. Les particuliers – et même parait-il certains banquiers – ont du mal à comprendre que les banques aient le pouvoir de créer la monnaie ! Pour eux, une banque est un endroit où ils déposent de l’argent en compte, et c’est ce dépôt qui permettrait à la banque de consentir un crédit à un autre client. Les dépôts permettraient les crédits. Or, cette vue n’est pas conforme à la réalité, car se sont les crédits qui font les dépôts. »


LA CRÉATION DE MONNAIE SERT LES INTÉRÊTS PRIVÉS


La même démonstration est faite dans le « Blog du plan C ». Pour Étienne, « le financement des besoins collectifs est rendu sciemment ruineux par un sabordage monétaire étonnant. Vous croyez que la monnaie est créée par l’État ? Vous vous trompez, ce sont les banques privées qui créent la monnaie, et qui perçoivent l’intérêt. Si c’était l’État qui créait la monnaie, il pourrait l’investir directement lui-même, sans payer le moindre intérêt jusqu’au remboursement ; il pourrait aussi prêter cette monnaie nouvelle aux banques, à charge pour elles de la prêter à leur tour, et il en percevrait le premier les intérêts, des milliards d’euros, ce qui pourrait aussi financer les services publics au lieu de garnir les poches de soie au prix d’un déficit paralysant de l’État.
L’État a perdu le droit de battre monnaie et ce sont les banques privées à qui nos représentants ont abandonné ce pouvoir décisif. Vous pensez que la monnaie est un outil qui sert l’intérêt général ? Vous vous trompez : la monnaie est devenue, discrètement, un outil qui sert d’abord les intérêts privés. »


L’EUROPE POUR DÉTOURNER LA RICHESSE PUBLIQUE


Étienne considère que la construction européenne pourrait ainsi bien être motivée principalement par ce détournement de la richesse publique, notamment au travers de l’article 104 du traité de Maastricht que nous avons déjà cité.
« Nous n’aurions aucune peine à financer tous les investissements utiles à notre collectivité si nous avions le contrôle de notre monnaie, au lieu de l’avoir – c’est proprement incroyable – abandonné aux banques privées... Quand l’État a besoin d’argent (pour construire hôpitaux, crèches...), il doit aujourd’hui emprunter cet argent aux acteurs privés et leur payer un intérêt, au lieu de créer lui-même l’argent dont il a besoin. Est-ce idiot ? Non, c’est criminel ! En tout cas, ce n’est pas un fatalité, c’est un choix politique, et un choix qui n’a rien à voir avec l’intérêt général. »


UN RACKET GIGANTESQUE


Étienne poursuit la démonstration en montrant que lorsqu’une banque vous prête 100 000 euros, elle ne les a pas. Elle les crée par un simple jeu d’écriture pour vous les prêter, et elle les détruira quand vous les rembourserez. Mais au passage, elle aura perçu un intérêt considérable qui ne correspond à aucun service : l’intérêt que perçoivent les banques privées sur la monnaie créée ex nihilo (à partir de rien) est foncièrement injuste, une sorte de paiement de l’indu, un racket gigantesque de toute l’économie par des acteurs privilégiés.
Quelle est la raison de ce sabordage monétaire qui asphyxie notre économie et étrangle les peuples ? Une volonté politique assez partagée au sein des principales forces politiques, nous avons montré dans le précédent article le lent et long processus de la construction européenne conduit dans le consensus initié la plupart du temps dans des cohabitations larges mais pas moins criminelles. Cohabitations et constructions qui suscitent un rejet de plus en plus large et profond de tous les peuples concernés.


RUINER LES PAYS ET LES PEUPLES


Étienne poursuit à sa façon en dénonçant les « soi-disant libéraux », j’ajoute : qu’ils soient de « droite » ou de « gauche », qui font tout pour ruiner les pays et les peuples, ce qui offre plusieurs avantages aux acteurs privés déjà très riches : une fois ruiné, un pays et son gouvernement ne pourront plus assurer que les fonctions sécuritaires (armée, police, justice) essentielles pour préserver ce système capitaliste qui les sert si bien et ils vendront les services publics qui existent encore aux copains privés des prétendus « hommes d’État » complaisants à souhait, émanant de leurs sérails, de leurs conseils d’administration, de leurs hautes écoles...
Et l’Union européenne, l’OMC, le FMI, sont les principaux outils de désarmement politique des peuples, d’affaiblissement des pays, de renoncement au peu de démocratie que les peuples avaient pu acquérir, voire permettent et font admettre les crimes et les viols, ou autres coups d’État, qui semblent aujourd’hui s’imposer quand les peuples ne se prononcent pas selon leurs souhaits et désirs. À moins que ces organismes ne deviennent, comme l’évolution des situations tend à le mettre en évidence, les cibles à abattre que se désignent les mouvements populaires.


LE REJET DE L’EUROPE ET DU CAPITALISME


Les votes, les luttes, les enquêtes d’opinion, mettent au premier plan ces majorités considérables qui s’expriment tout à la fois contre cette Europe au service des besoins financiers du capitalisme d’aujourd’hui, contre sa monnaie et les instruments financiers qui la pilotent, et contre le capitalisme lui-même considéré à 72% comme négatif. Dans ce contexte, mon ami Pierrot, dont je vous ai déjà parlé, m’écrit et me dit que, « depuis 1995, nous en sommes à une nouvelle ère des Cahiers de doléances. Notre syndicalisme, entre autre, le montre. Et si le Front de « Gauche » ouvrait (sans avoir une conscience précise du processus possible ) celle (l’ère) de la mise en pratique. Qu’en pensent les historiens ? » Ajoutant encore : « L’apparence des appareils, et le traitement médiatique, cachent-ils le mouvement réel ? »
Je ne peux savoir ce que pensent, et surtout penseront les historiens, souvent ils ne font que tirer les enseignements de l’histoire ; Je dis pour ma part, en prenant en compte ce qui est mesurable et que la réalité met à ma disposition, que le mouvement réel et ce qu’il exprime aujourd’hui, est de la plus haute importance et doit être pris en considération, notamment en ce qui concerne son haut niveau de conscience.


LE FRONT DE GAUCHE N’EN EST PAS LÀ


Le Front de gauche n’en est pas là. Il n’est pas et ne peut être dans l’annonce des fins du système. Parce qu’il fait partie lui-même de la fin du système qui a vécu. Le Front de Gauche, dis-je à mon ami Pierrot, c’est la démarche de sommet, c’est la démarche ancienne, la démarche d’un « Créateur » extérieur à la société, qui apporte à la société des idées qu’il pense avoir créées. Au fond, le Front de Gauche s’inscrit dans la démarche de la 3ème Internationale, je me refuse à personnaliser davantage.


EN FINIR AVEC LA DÉMARCHE DÉLÉGATAIRE


Mais nous avons changé d’époque historique en même temps que nous avons changé de siècle et le capitalisme est entré dans une phase de crise(s) dont on ne peut pas percevoir la fin. Aujourd’hui, le plus important, le plus indispensable, est certainement d’en finir avec la démarche délégataire qui dépossède, qui s’est encore accrue avec cette Constitution qui a vieilli, à laquelle a été ajoutée en 1962 l’élection du président de la république au suffrage universel.
En son temps, j’ai voté contre cette Constitution, et je voterais à nouveau contre si ce venait à l’ordre du jour, elle est totalement déphasée dans ses rapports avec l’évolution de la société.


UNE NOUVELLE CONSTITUTION


Une nouvelle constitution devrait assurer à ceux qui travaillent et créent les richesses en vendant leur force de travail, la maîtrise des résultats de leur travail, la maîtrise de l’utilisation des richesses ainsi créées. Cette maîtrise est inséparable de la propriété des moyens de production, des services, y compris financiers et de l’avancée d’un processus d’auto-administration qui assurera le dépérissement de l’État et de l’instrument de domination qu’il constitue.
La majorité qui a voté la vieille constitution est-elle toujours ? Il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent les Français. La construction européenne, qui conditionne l’existence de l’euro, cette monnaie et cette BCE qui établissent l’emprise des faux-monnayeurs ainsi que nous l’avons montré ci-dessus, est l’autre volet de la dépossession. Mais le peuple français s’est prononcé. En 2005. Depuis, il ne s’est jamais dédit. Les traités européens sont donc forclos.Je fais remarquer que l’on ne peut sortir de quelque chose qui n’existe plus. On ne peut que prendre acte du fait et le faire respecter.


LES ENNEMIS DE VICTOR HUGO


À mon avis, il n’est qu’un combat qui vaille : faire respecter le verdict souverain du peuple ! Ceux qui ne le font pas sont des ennemis de Victor Hugo et de son combat contre le coup d’État de Napoléon, le petit déjà ! Aujourd’hui tous les problèmes de la société explosent ensemble. On n’en viendra pas à bout par des démarches corporatives, même s’il faut tenir tous les bouts des luttes.


SEUL LE PEUPLE A LA SOLUTION


C’est en bas que le rassemblement doit s’effectuer, c’est le peuple qu’il convient de rassembler, c’est lui, et lui seul, qui a la solution et personne d’autre. La nécessaire nouvelle force politique est inséparable d’une démarche de démocratie directe. Mon ami Pierrot devient bien intéressant quand il s’interroge : peut-on envisager une ré-apparition de vraies républiques de conseil et leur développement durable ? D’autres que lui me posent également la question.
Pourquoi alors ne pas mettre en débat cette idée qui permettrait à ceux qui produisent les richesses de gérer la société dans laquelle ils vivent ? Depuis 1992 et Maastricht, le peuple s’est mis en mouvement. Le train est déjà en marche. C’est dire l’urgence. Il n’y a jamais qu’une seule alternative. Quelle responsabilité !

 

blogger templates