29 juillet 2012

Mort de la constitution des Etats-Unis


 ReOpen911 | 25 juillet, 2012 | Merci à Pascal  pour l'info !

N’ayons pas peur des mots nous non plus, osons ce que Paul Craig Roberts ose ici. Oui, ce texte écrit pour un 4 juillet est exceptionnel. Lorsque le pathos sert aussi bien le propos, lorsque les faits tous plus délirants les uns que les autres n’ont que le tort d’exister froidement et qu’ils concernent des millions de citoyens de par le monde, nous ne pouvons que demander des comptes à ceux qui nous gouvernent. 

Et la France n’est pas en reste. Alors que les ingérences coloniales se multiplient désormais sous couvert du droit "humanitaire", version politiquement correcte de la pseudo "guerre contre la terreur", les leçons de l’Indochine, de l’Algérie, du Kosovo, du Rwanda, de la Côte d’Ivoire, semblent lettre morte. Nos "forces d’opposition de gauche" les ont même oubliées, elles qui ne cherchent même plus à comprendre les enjeux à l’oeuvre, ou la servilité de leur propre comportement comme dans l’affaire récente René Balme-Front de Gauche. 

Car pendant ce temps-là, une autre France à l’agenda néoconservateur chargé avance, et s’auto-érige en chef d’escadrille des 40 000 sorties aériennes de protection des citoyens libyens au prix - a minima – de la vie de 30 000 d’entre eux selon Abdeljalil lui-même du CNT. Un carnage inscrit aux "pertes et profits" des "guerres pour la paix" dont les mobiles doivent être bien éloignés des déclarations médiatiques, puisque leurs effets sont opposés aux principes qui sont censés les guider. Où sont passées les visées soi-disant progressistes et démocrates de nos élites va-t-en-guerre ? Et d’ailleurs, pourquoi se désintéressent-elles des populations rescapées, de Haïti à Tripoli, de Bamako à Damas, de Bagdad à Kaboul ? Ce chaos généralisé dépeint par la canadienne Naomi Klein ou le belge Michel Collon (les Français sont exilés ou interdits de télé) confirme les prédictions des journalistes les moins aimés du système médiatico-financier dominant. Paul Craig Roberts, titulaire de la Légion d’honneur remise par Edouard Balladur, un homme aux comptes de campagne et à l’entourage politique mis en cause dans l’affaire Karachi, en fait-il désormais partie lui aussi ?

(lire la suite...)


La défunte constitution des Etats-Unis selon Paul Craig Roberts


Mort de la constitution des Etats-Unis : les Américains peuvent-ils échapper à la mystification ?

par Paul Craig Roberts, mondialisation.ca, le 21 mai 2012

Le Dr Paul Craig Roberts est le père de la Reaganomics et l’ancien chef de la politique au Département du Trésor. [NdT. Le ministre français de l'économie et des finances, Édouard Balladur, reconnaissant ses compétences, lui décerne la Légion d'honneur en 1987.] Il est chroniqueur et a été rédacteur pour le Wall Street Journal. Son dernier livre, "How the Economy Was Lost: The War of the Worlds" (Comment l’Economie a été perdue : la Guerre des Mondes), détaille les raisons de la désintégration des Etats-Unis.

Traduction Resistance71 révisée par ReOpenNews

 Le jour du blabla arrive. Le 4 juillet, les bobards se déverseront sur tout le pays lorsque les dignitaires nous vanteront le sempiternel slogan "liberté et démocratie" et feront l’éloge de "nos braves soldats" qui protègent notre liberté en "allant les tuer là-bas avant qu’ils ne viennent ici".

Pas un seul de ces discours ne contiendra un mot de vérité. Aucun orateur ne pleurera la mort de la Constitution des Etats-Unis pas davantage qu’il n’appellera son public à l’action pour rétablir le seul document qui protège sa liberté. Aucun orateur ne reconnaitra qu’au XXIème siècle, le régime Bush/Obama, avec la complicité du ministère de la Justice, des cours de justice fédérales, du Congrès, des médias "presstitués" [Ndt : Jeu de mots avec prostituée], des facultés de droit, des ordres des avocats et d’un public insouciant, a assassiné la Constitution au nom de la "guerre contre le terrorisme".

Comme à l’époque médiévale, les citoyens américains peuvent être jetés dans des cachots et ne plus jamais refaire surface. Aucune preuve ni aucune charge n’ont besoin d’être présentées devant une cour de justice. Aucun procès, aucune condamnation ne sont requis.

Comme dans les pires tyrannies, les citoyens états-uniens peuvent être exécutés selon le bon vouloir du despote qui est assis là, derrière le Bureau Ovale de la Maison Blanche, et dresse la liste des personnes qui doivent être assassinées.

Les contestataires exerçant leur droit à la liberté d’expression et à la libre association que leur garantit la Constitution sont attaqués par des policiers armés, battus, passés au taser, arrosés de gaz lacrymogène et d’aérosol capsique, puis arrêtés.

Les lanceurs d’alerte qui rapportent les crimes du gouvernement sont poursuivis malgré la loi qui les protège.

Le soldat Bradley Manning, qui a prétendument donné à Wikileaks des documents révélant des crimes de guerre US, y compris une vidéo de soldats américains dans un hélicoptère de combat s’amusant à massacrer des civils marchant dans une rue d’Irak comme dans un jeu vidéo, Manning donc, a été arrêté, détenu dans des conditions de torture tandis que le gouvernement essaie d’inventer un procès contre lui.

D’après le code militaire US, les militaires sont tenus de faire connaître tout crime de guerre dont ils ont connaissance. Cependant, la loi écrite n’a donné aucune protection à Manning et des républicains conservateurs que je connais salivent à l’idée que Manning soit exécuté pour avoir fait jaillir la vérité. La vérité, qu’est-ce que la simple vérité en comparaison de "l’exceptionnalisme du grand peuple américain" ? L’Amérique a carte blanche pour faire ce que bon lui semble aux gens non-exceptionnels. Manning mérite la mort parce qu’il a pris le parti des opprimés et non celui des oppresseurs américains.

Après que le bureau du procureur suédois a abandonné les charges contre le fondateur de Wikileaks Julian Assange, jugeant que les accusations de viol étaient sans fondement, un autre procureur, que beaucoup pensent être sous la pression du gouvernement US, a demandé l’extradition d’Assange du Royaume-Uni afin qu’il y soit interrogé. Normalement, l’extradition ne s’applique qu’aux personnes qui sont officiellement accusées d’un crime et pour lesquelles un mandat a été délivré, ce qui n’est très certainement pas le cas d’Assange. Mais bien sûr, si Washington veut Assange, Washington s’assurera que toutes les lois soient bafouées ou brisées jusqu’à ce qu’il soit en sa possession. La marionnette suédoise fera les quatre volontés du pays exceptionnel et sera bien payée en retour pour ce service.

Des militants pacifistes, dans plusieurs États, ont vu leur maison perquisitionnée par le FBI, leurs ordinateurs et archives personnelles saisis et un grand jury a été convoqué dans une tentative de les accuser de soutenir le terrorisme par le simple fait de leur protestation contre les guerres illégales de Washington, des guerres qui sont des crimes de guerre en référence aux critères de Nuremberg établis par le gouvernement US lui-même.

Rien de tout cela ne sera mentionné dans les discours patriotiques du 4 juillet. La masse enivrée sera enveloppée dans le drapeau et retournera à la maison pleine de cette arrogance qui méprise les étrangers inférieurs tels les musulmans, les Arabes, les Chinois et les Français.

Aucun dignitaire ne mentionnera que ceux "que nous tuons là-bas", sont essentiellement des femmes, des enfants, des anciens des villages et des humanitaires. Les troupes US semblent se spécialiser dans les cibles faciles comme les mariages, les obsèques, les matches de foot pour enfants, les fermes et les écoles.

Récemment, Washington a réduit le compte des "dégâts collatéraux" en déclarant que tous les hommes tués alors qu’ils sont en âge de porter les armes sont des combattants talibans ou des terroristes. Évidemment, Washington n’a absolument aucun moyen de vérifier si c’est le cas ou non, mais la déclaration de Washington n’est, en fait, qu’un feu vert pour massacrer tous les Afghans de sexe masculin en âge de porter les armes.

En ce moment même, Washington est impliquée dans des guerres ou des occupations de nations ou viole la souveraineté de pays étrangers au moyen de drones et/ou de troupes dans sept pays musulmans en plus d’armer les rebelles en Syrie. Tout ceci est fait sans l’autorisation, requise par la Constitution, du Congrès, censé représenter le peuple. Quelle vaste plaisanterie !

En bref, dans l’Amérique "de la liberté et de la démocratie", le peuple n’a aucune voix, aucun droit, aucun représentant.

Pourtant, ce déficit énorme de démocratie et de liberté sera complètement passé sous silence par les orateurs du 4 juillet.

Les crimes contre l’humanité, le démantèlement de la Constitution des Etats-Unis et le non-respect des lois tant nationales qu’internationales qui définissent l’Amérique du XXIème siècle, sont les résultats directs du 11 septembre 2001.

Le compte-rendu des attentats du 11-Septembre par Washington est la plus incroyable théorie du complot connue dans l’histoire de l’humanité. L’absurdité du compte-rendu de Washington est à ce niveau :

Quelques Saoudiens, sans aucun soutien d’aucun gouvernement ni d’aucun service secret, ont berné non seulement la CIA et le FBI, mais aussi les 16 autres agences de renseignement US, même le service de renseignement de la Défense et l’Agence de Sécurité nationale, de pair avec toutes les agences de renseignement de l’OTAN, alliées de Washington et du Mossad israélien, qui a infiltré tous les groupes musulmans radicaux. Ces humbles Saoudiens sans aucune distinction ou pouvoir spécifique ont aussi simultanément berné le NSC, le NORAD, le Pentagone, l’administration du contrôle aérien et ont provoqué un échec cinglant de la sécurité des aéroports quatre fois en une heure dans la même matinée.

En d’autres termes, toutes les composantes du système de défense de la nation américaine ont été mises en échec au même moment.


Pensez à ceci pendant une minute. Si une telle chose s’était véritablement produite, le Président, le Vice-président, le Congrès et les médias auraient tous exigé de savoir comment un tel échec total de la sécurité nationale avait été possible [ndt. surlignage par ReOpen911]. Une enquête aurait été immédiatement lancée et pas un an plus tard suite à la pression des familles de victimes des attentats qui ne purent être subornées par de l’argent. Un tel échec complet et total de la sécurité de la nation voudrait dire que les citoyens ne furent pas une minute en sécurité pendant les 40 ans de guerre froide avec l’URSS. A tout moment les Soviétiques auraient pu détruire totalement les Etats-Unis et nous n’aurions jamais su ce qui nous avait frappés.
Dans une véritable enquête, les preuves des attentats n’auraient pas été illégalement détruites et l’enquête aurait été menée par de vrais experts, pas par des agences gouvernementales auxquelles fut assigné de dissimuler la vérité, et par des bidonneurs politiques. Le rapport du NIST est un non-sens abject. Il n’explique absolument rien. Ce n’est que la simulation par ordinateur d’un non-évènement. Les co-présidents et le conseiller juridique de la Commission du 11-Septembre ont écrit un livre plus tard dans lequel ils affirment que certaines informations furent cachées à la Commission, que les militaires ont menti à la Commission et que la Commission fut créée "pour échouer". Et pourtant, ces affirmations stupéfiantes des responsables de la Commission n’eurent aucun impact sur le Congrès, ni dans les médias "presstitués", ni sur le public. Toutes les têtes étaient dans le sable. S’il vous plaît, quoi que vous fassiez, ne nous mettez pas, nous âmes faibles et sensibles, face à la réalité.

Plus de 100 pompiers, policiers et secouristes, ainsi que des agents de maintenance des immeubles ont rapporté avoir entendu et subi sur le terrain un grand nombre d’explosions dans les Tours jumelles, y compris des explosions très puissantes dans les sous-sols avant l’effondrement des tours.

Des scientifiques reconnus, auteurs de nombreux articles scientifiques soumis à comité de lecture, ont rapporté avoir trouvé de la nanothermite intacte dans les poussières des tours, l’avoir testée pour sa capacité explosive et productrice d’intense chaleur, et ont rapporté des résultats sans équivoque possible.

1700 architectes et ingénieurs ont témoigné dans une pétition au Congrès que les trois tours du WTC ne se sont pas effondrées suite aux dégâts causés par les avions et les incendies qui s’ensuivirent, et ont exigé une véritable enquête scientifique sur la cause de la destruction des bâtiments.

Quoi qu’il en soit, nous restons face à ce paradoxe qui veut que l’opinion scientifique fondée sur un examen attentif de ce qui reste des preuves des attentats a été désignée par les ignorants et les malpropres comme "une théorie du complot", alors même que la théorie absurde du complot de Washington demeure elle la vérité intangible des évènements.


L’association "Architects and Engineers for 9/11 Truth" menée par l’architecte Richard Gage a enfoncé le dernier clou dans le cercueil de la théorie du complot concoctée par Washington avec son dernier documentaire : "9/11 Explosive Evidence, Experts Speak Out", ("11/9: Des preuves explosives, les experts se prononcent") et ils se prononcent vraiment ! [Ndt : Bientôt disponible en français]

Un grand nombre d’experts de haut niveau en démolition de bâtiment et en ingénierie et construction de hautes structures d’acier fournissent des éléments scientifiques, architecturaux, et techniques sur le fait que les trois bâtiments du WTC n’ont pu être détruites qu’à l’aide d’explosifs placés au préalable de façon à supprimer tout soutien structurel et à permettre un effondrement soudain des immeubles. Comme les constructions avaient été réalisées et construites selon des principes connus et éprouvés qui empêchent absolument l’écroulement rapide, le feu et les dégâts structurels dont deux des trois bâtiments souffrirent après l’impact des avions n’ont pas pu causer la désintégration soudaine des trois bâtiments.

J’ai vu le documentaire "9/11 Explosive Evidence, Experts Speak Out" à Atlanta le 2 juillet. Atlanta était une des 32 villes de première du film.

Le documentaire était présenté au "7 Stages Theater" sur Euclid Avenue, l’ancien cinéma Euclid où nous allions enfants, il y a 65 ans, voir Tarzan se battre avec des reptiles géants et mener des éléphants à la victoire sur des méchantes tribus noires ou de vils chasseurs blancs, ou admirer Randolph Scott ramener la justice avec son six-coups dans une ville sous l’emprise des chapeaux noirs, ou être le témoin de braves soldats américains libérant l’Europe des nazis. Jamais nous n’aurions pu imaginer que nous, résidents du "pays de la liberté", serions un jour menacés par un état policier gestapiste.

La descente de l’Amérique dans l’enfer d’un État policier gestapiste pourrait sans doute être stoppée si les citoyens américains n’étaient pas si ignorants des choses de la science et étaient capables de comprendre que ce qu’ils voient de leurs propres yeux quand ils regardent des vidéos de la destruction des tours jumelles est en fait un ensemble de bâtiments qui explosent et non pas qui s’effondrent suite à des dégâts structurels. La destruction du bâtiment 7 du WTC est l’archétype même d’une démolition contrôlée.

A la fin de ce documentaire puissant, des psychologues expliquent pourquoi la majorité de la population n’a pas la force mentale et émotionnelle de se confronter à des faits fortement inquiétants. Un gouvernement qui espionne sa population de manière si efficace comme le fait Washington, connait très bien le profil de sa population et identifie correctement les faiblesses et les peurs qui peuvent être manipulées.

Mais quoi de plus inquiétant que le fait, hautement probable, que le 11 Septembre fut un attentat sous fausse bannière perpétré pour donner aux néoconservateurs leur "Nouveau Pearl Harbor" afin de lancer les guerres hégémoniques de Washington au Moyen-Orient et de là sur l’Iran et sur les puissances nucléaires que sont la Russie et la Chine, qui sont encerclées, tout comme l’Iran, par des bases militaires américaines ?

Ce que nous vivons est un remake de la Révolution française, cette fois à l’échelle planétaire. Napoléon, l’héritier de la Révolution française, conquît l’Europe plusieurs fois dans le but d’étendre le Nouvel Ordre français à toute l’Europe. La révolution française fut la première revendication d’un Nouvel Ordre Mondial, mais à cette époque, le monde était l’Europe.[ndt. surlignage par ReOpen911]

Les "guerres de libération" de Washington sont des guerres d’hégémonie mondiale et des guerres mettant en jeu des profits considérables pour le complexe militaro-industriel et sécuritaire. La combinaison du pouvoir et de l’argent, qui sont les objectifs des guerres concoctées par Washington, restent des objectifs cachés, enveloppés dans le drapeau des sentiments patriotiques et la peur des musulmans à la peau sombre, diabolisés à souhait.

Le mouvement des "Architectes et Ingénieurs pour la vérité du 11/9" peut-il réussir et libérer les citoyens américains de la réalité artificielle créée par des menteurs gouvernementaux et une "pressetituée" corrompue, ou bien les Américains sont-ils condamnés à expirer dans la Matrice qui a été créée pour eux ?

L’espoir réside peut-être dans l’effondrement de l’économie sous la houlette de ceux qui voudraient être des puissances hégémoniques et que les gens qui ne se battraient pas pour des principes et pour leur liberté le feront pour leur survie économique.

Paul Craig Roberts


Article original en anglais : Death of the US Constitution: Can Americans Escape the Deception?, paru sur Mondialisation.ca le 15 mai 2012.

Traduction Resistance71 révisée par ReOpenNews

Url de cet article, http://www.reopen911.info/News/2012/07/25/paul-craig-roberts-mort-de-la-constitution-des-etats-unis-les-americains-peuvent-ils-echapper-a-la-supercherie/





 

blogger templates