27 août 2014

ZAD Testet: le point à 12h le mercredi 27 août



Par Tant qu'il y aura des bouilles

Par rapport à tous les articles des médias de masse qui nous traitent de "violents" (la dépêche ici), qui disent que la "résistance est vaine" (FR3), on voudrait préciser que nous travaillons à faire obstruction à ces travaux-là, dans un contexte donné, qu’on y risque notre peau tandis que les huiles du parti socialiste se la coulent douce avec l’argent public et arrosent leurs copains aux manettes des entreprises.
Articles du 27 août :
Récits, appels et photos de la journée d’hier (26 août 2014) :
à 12 h : la Bouillonnante est encerclée. Deux copains tabassés et interpellés. Beaucoup de gendarmes mobiles. Besoin de renfort évidemment !
Côté Métairie, barricade débordée, une autre interpellation violente.

Plus tôt dans la journée :
à 9 h, arrivée des forces de l’ordre.Côté Métairie neuve, arrivée en mode "soft" : ils ont été apparemment surpris par la nouvelle barricade érigée à ce niveau. Le périmètre tenu par les occupants s’est donc accru dans la nuit. L’accès à la zone de chantier est donc rendue inacessible, tant que cette barricade tient.
Coté Bouillonnate : arrivée de gardes mobiles en mode "flashball". Barricade renforcée pendant la nuit. Cela va être chaud.
A noter, présence de naturalistes sur le site, côté Métairie Neuve, sur le Tescou : vous pouvez les appeller ou leur rendre visite pour discuter mesures compensatoires, c’est à côté de Poitiers. 8 gendarmes-ninjas en escorte directe, 20 gendarmes sur la route.
Tôt le matin avec les copains du collectif Testet : visite aux employés de la DDE sur Gaillac (qui viennent déménager les affaires des occupants lors des expulsions) pour leur rappeller l’existence d’un droit de retrait, entre autres choses.
À Gaillac à 7h30 aux locaux techniques du Conseil Général, 25 personnes ont abordé les salariés qui embauchaient au CG81 pour leur distribuer le tract "droit de retrait". On n’adresse pas aux uniformes mais aux personnes qui y sont dedans, contre la déshumanisation de ce monde. Les conducteurs d’engins peuvent être en danger lorsqu’ils empruntent la D132 pour faire les travaux avec la CACG. Hier mardi, un camion s’est fait caillassé près de la Métairie et a abandonné l’idée de continuer son boulot ! Qu’ils ne fassent pas de zèle et qu’ils abandonnent leur camion s’il est immobilisé.
 

2 Comments:

Le Bris Olivier said...

Il est parfaitement anormal et honteux d'aller à l'encontre d'un avis de le DREAL ( Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement )
Pour soutenir l'action :
Faire un don par chèque bancaire à :
Collectif Testet
13 rue du Mai
81600 Gaillac
Olive

Le Bris Olivier said...

Précisions
( Avis bien entendu négatif de la DREAL à la construction de ce barrage ).
le droit de retrait des fonctionnaires ne s"applique que dans un cadre de danger.
Les entreprises privées réalisent les travaux.

 

blogger templates