30 juin 2008

LA CHASSE AUX TCHÉTCHÈNES BAT SON PLEIN DANS LES PRÉFECTURES FRANÇAISES

Communiqué de presse de Réseau Education Sans Frontières – 27 juin 2008

Les Autorités se réfugient derrière le règlement du 18.02.2003 dit « DUBLIN II »...

Mais derrière "DUBLIN II" il y a des enfants, des familles,

à Metz, Strasbourg, Lyon, Orléans, Nancy, en Haute-Saône, dans le Doubs....

ils ont fui la Tchétchénie, puis la Pologne,

ils sont en danger, ils étaient venus nous le dire et chercher protection ...

Nous clamerons ce qu’on ne leur a pas laissé dire !

Nous les avons pris et nous continuerons de les prendre sous notre protection !


Les préfectures se réfugient derrière « DUBLIN II », pourtant l’art.15 de ce règlement inclut une « clause humanitaire » qui laisse au préfet le loisir d’examiner la demande ; malgré tout depuis quelques temps c’est à une véritable chasse contre les Tchétchènes qui cherchent protection en France que l’on assiste.

La liste que vous allez lire est longue, elle n’est pas exhaustive, hélas, mais elle démontre la réalité et l’acharnement du gouvernement français contre les réfugiés.

Le fond commun de toutes ces histoires de vie

Les violences, les intimidations quotidiennes, la torture, les agressions devant les enfants furent leur lot et c’est ce qui les a décidés à fuir.

Ils sont allés en Pologne. Ils y ont vécu plusieurs mois, mais très souvent ont été à nouveau menacés de mort par leurs tortionnaires et persécuteurs qui les avaient retrouvés.
Depuis leur arrivée en France, ils ont repris espoir, les enfants ont retrouvé un cadre de vie normal... le temps que les préfectures organisent leur renvoi !



Un jour tous ces noms seront inscrits sur un mur, dans un mémorial, ils resteront, et seront le témoignage de la honte de la France et celle de l’Europe.

Nous n’avons pas pu empêcher toutes les expulsions, mais nous ne les oublierons pas et nous les soutiendrons au-delà des frontières.
Nous rendrons l’état français responsable

de ce qui pourrait arriver à ces familles expulsées.




La longue liste des cas concrets



Loiret


Fin décembre 2007, neuf familles réfugiées tchétchènes, sont arrivées à Orléans, juste après l’expiration du moratoire qui permettait ne pas renvoyer les Tchétchènes en Pologne. La préfecture du Loiret a refusé à ces familles le droit de déposer une demande d’asile auprès de l’OFPRA.

Le soutien s’est organisé autour des familles. Une réunion publique avec médiatisation a été organisée. Différents courriers ont été adressés à la préfecture, avec demande d’audience. La préfecture a tout rejeté en bloc !

Début avril 2008, la préfecture n’a plus simplement refusé le dépôt des demandes d’asile mais fait exécuter très méthodiquement la reconduction de ces familles vers le pays par lequel elles étaient entrées dans l’espace Schengen : la Pologne pour la grande majorité.


Le 7 avril, Mme Mejidova et ses deux enfants étaient convoqués à la préfecture pour réadmission le lendemain vers la Pologne.... Nous nous sommes mobilisés et cette dame a obtenu in extrémis l’autorisation de déposer sa demande d’asile ici, pour raison de santé.....

Le 14 avril, deux personnes étaient convoquées à la Préfecture, pour étude des modalités de leur réadmission en Pologne : Mme Umieva, femme veuve venue rejoindre sa fille et son gendre qui ont été admis quelques mois plus tôt comme demandeurs d’asile et Mme Ibraguimova, femme seule avec ses trois enfants 15, 11 et 4 ans 1/2.

Seule la femme veuve s’est présentée et a obtenu un nouveau rendez-vous pour le 21 avril. L’autre dame n’est pas venue. Nous ne savons pas où elle se trouve depuis.

Le 16 avril, le couple Kalimoulaev devait se présenter avec ses deux enfants (12 et 8 ans) et leurs bagages, pour un renvoi le lendemain. La famille n’est pas venue. Elle se cache. Nous sommes sans nouvelle d’elle.



Bilan :

Suite à notre mobilisation, des élus ont été reçus par la préfecture, et 3 situations ont été débloquées. En tout, cela fait 4 familles sur 9 qui ont obtenu le droit de déposer leur asile. Les autres ont reçu chacune un avis de réadmission, mais ne se sont pas présentées en préfecture.



Le couple Madaev qui venait enfin d’obtenir la possibilité de déposer sa demande d’asile a vu périr un de ses six enfants. Le petit Saïd, 3 ans, a été percuté par 2 voitures devant la préfecture, alors que ses parents attendaient pour la énième fois un document permettant d’envoyer leur demande à l’OFPRA.

A nouveau, nous nous mobilisons pour dénoncer cette fois les conditions d’accueil en préfecture.



En Franche-Comté


Le 19 mars, la famille Datajev de Luxeuil, arrêtée et libérée par le juge le 24 mars.

Le 19 mars , la famille Aoucheva (5 enfants) de Gray, arrêtée puis libérée par le juge le 24 mars, la préfecture fait appel et gagne pour le père. La famille est expulsée le 21 mai alors même qu’il y a des procédures judiciaires en cours, par avion privé depuis l’aérodrome de Dôle spécialement ouvert.

Le 8 avril , trois familles dans le Doubs arrêtées :

§ La famille Mantiev (un couple et trois enfants) est expulsée en Pologne le 15 avril

§ Monsieur et Madame Artsouev sont libérés du centre de rétention de Oissel le 17 avril

§ Mr Azkhedov et sa compagne Mme Arzykaeva ont été expulsés en Pologne le 21 avril


Bilan : trois familles expulsées, deux familles sont toujours là, mais pas régularisées.


Alsace Lorraine

A Nancy, Mme Zagaeva et ses deux enfants sont mis en sécurité suite à une reconduite prévue qui lui faisait craindre le pire

A Strasbourg, deux jeunes femmes ayant pourtant obtenu le statut de réfugié en Pologne refusent d’y retourner : elles y étaient pourchassées sans cesse par des skinheads sous les yeux des autorités incapables de les protéger.

A Metz, la famille Minkhailov (quatre enfants de 2 ans, 4 ans, 5 ans et 9 ans ) arrivée le 3 janvier 2008, a été renvoyée près de Varsovie le 11 juin : elle est actuellement dans un foyer de réfugiés, sans nourriture sinon l’entraide, et le plus grand danger : la menace d’un départ vers la Russie ! Cette famille a été parrainée après son expulsion par la députée européenne Marie Anne Isler Béguin et deux autres parrain et marraine qui comptent maintenir un lien avec la famille pour s’assurer de leur devenir, et le faire savoir.



Et le 24 juin en fin d’après midi, arrivée en rétention d’une famille (inconnue) de trois enfants (2 mois, 4 ans et ??), C’est le dernier visiteur qui a vu la famille arriver. Le 25 juin au matin elle était déjà expulsée ( en Pologne par avion spécial)


Bilan : une famille et deux jeunes femmes en danger, deux familles expulsées



Lyon

Le 2 juin, la famille Kassaiev, 3 enfants scolarisés à l’école V. Hugo (1er), a été expulsée de Lyon vers la Pologne.

Le 3 juin, M. Ramzan Elzhurkaev, père 3 enfants, (3, 4 et 6 ans), a été arrêté à Lyon et transféré au Centre de rétention de Nîmes. Suite à un refus d’embarquement le 16 juin, il est condamné à trois mois de prison ferme.

Le 4 juin, la police est venue chercher la famille Magomadov/Iskhanova dans le foyer où elle était hébergée, les parents et le bébé de trois mois ont été placés en rétention pour expulsion immédiate vers la Pologne. Libération après un refus d’embarquer mais avec un document leur enjoignant de quitter la France sous 7 jours.

Expulsable donc depuis le 11 juin

Le 9 juin, la police est venue chercher la famille Kantaev, également dans leur foyer. Là aussi il y a un enfant de 10 mois. Mais on ne recule devant rien quand il faut expulser ! 10 mois c’est sans doute un âge où l’on peut aller en prison. Devant leur refus d’embarquer, ils ont été relâchés avec un document leur enjoignant de quitter la France sous 7 jours.

Expulsable donc depuis le 16 juin

Le 10 juin, la police est venue prévenir la famille Goumashvili qu’un départ était prévu pour eux mercredi 11 juin. Deux des enfants sont scolarisés à Lyon 7ème. Ils ont quitté leur hôtel et sont à la rue.

Eux aussi, expulsables depuis le 11 juin.

Le 18 juin, la police est venue chercher un couple à l’hôtel … heureusement ils n’étaient pas là. mais étaient convoqués à l’ aéroport le 19 juin. Ils ne se sont bien sûr pas présentés.

Le 18 juin encore, la famille Aliev avec 4 enfants de 3 à 9 ans a été arrêtée dans leur foyer et emmenée en rétention. Deux avions prévus pour eux ce jeudi 19 juin. Mr est embarqué dans l’avion sans pouvoir réagir par une escorte de 8 personnes... Mme est embarquée avec les enfants avec la menace d’être débarquée si elle résiste et donc séparée de son mari. Expulsés. Actuellement dans un camp en Pologne .

Le 23 juin, encore une famille à laquelle la police vient délivrer une convocation à l’aéroport de St Exupéry pour le lendemain aux aurores … la famille ne s’est bien sûr pas présentée ….

Le 25 juin, encore une famille à laquelle la police vient délivrer une convocation à l’aéroport de St Exupéry pour le lendemain aux aurores … la famille ne s’est bien sûr pas présentée …. Une femme enceinte de cinq mois, un enfant de deux ans sont à la rue, cette tentative d’expulsion du teriitoire s’accompagnant d’une expulsion de l’hébergement.






Bilan : un père en prison et une femme et trois enfants mis sous notre protection, deux familles expulsées, 3 familles et un couple à la rue et expulsables, et plusieurs autres familles tchétchènes qui chaque matin voient leur tour arriver ….


Contact presse sur ces dossiers

Loiret : Ségolène Petit 06 74 91 94 11 ou François Hauchère 06 72 37 41 00

Franche-comté : JJ Boy 06 75 13 65 10

Alsace Lorraine : Isabelle Mire 06.71.75.08.48

Lyon : Mireille Peloux 06 31 11 24 29 ou Catherine Tourier : 06 81 51 81 44

Merci de faxer à la préfecture et au ministre



Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

Directeur de cabinet : thierry.coudert@iminidco.gouv.fr

Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

à Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

Guillaume Larrivé, Directeur-adjoint cabinet du ministère R et D, sur son blog g@larrive.com

Brice Hortefeux au Conseil régional Auvergne *Tél. :* 04 73 31 85 85 *Fax :* 04 73 36 73 45



Lyon :

mél + fax préfet : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38
mél + fax secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
mél + fax directeur de cabinet : 04 78 60 15 46
mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52


vendredi 27 juin 2008.

source: RESF

 

blogger templates