25 avril 2012

Vote FN, vote de la trouille

Par Odile la mémère en colère| 24 avril 2012



La plupart des banlieues pauvres n’ont pas voté FN. Ce n’est pas la souffrance qui fait voter FN mais la trouille de voir s’évanouir les privilèges qu’ils soient énormes ou minuscules. L’inégalité engendre forcément une grande crainte celle de passer au niveau en dessous, sauf bien sur dans les pays et les sociétés de castes où la naissance met l’individu sur un point fixe de la ligne sociale. Mais ces sociétés disparaissent.
"Tcheu" nous les classes sont bien ancrées dans notre vision sociale. Rafarin se permettait de dire ceux d’en bas! Avec une condescendance de patricien. On parle à tout propos de l’ascenseur social. La seule valeur crédible étant une position sur le curseur des richesses et des relations avec les riches. C’est la valeur fondamentale de la droite, celle dont Sarkosyriquiqui parle tout le temps avec attaché à sa langue le travail, qui naturellement vous le fait prendre ce fameux  ascenseur, on est pas à une bourde près dans ce monde là.
Donc c’est la trouille qui fait souffrir ces petits bourgeois fascistes, et c’est la trouille qui leur met la haine au ventre. Renoncer aux valeurs qui nous fondent, celles de liberté égalité FRATERNITÉ pour rassurer ce petit monde en cautionnant leur pires errements est une trahison.
L’étranger est le bien venu celui dont on a mis le couvert au cas où il viendrait à frapper à notre porte. Celui qui nous apprend ce que nous ne connaissons pas, qui élargit notre horizon, nous apprend de nouvelles techniques, de nouvelles poésie de nouvelles musiques et pourquoi pas pendant que nous y sommes nous fait entrevoir une autre divinité. A la reine toujours la reine quelle tristesse!
Le fascisme n’existe pas sans les fascistes, on ne peut condamner celui là et absoudre ceux ci.
Odile la mémère en colère

source: par mail-liste

 

blogger templates