21 septembre 2011

Les indignés matraqués à Paris

Paris s'éveille | 20 septembre 2011


Delanoë et Gaudin doivent démissionner


Les indignés matraqués à Paris
deux blessés à l’hôpital Cochin

A Paris, la démocratie réelle ne passe pas. La police de Guéant-Sarkozy est intervenue – illégalement – pour empêcher le rassemblement – légal, déclaré en Préfecture –, qui devait se tenir là après des mois de marche à travers l’Espagne et la France.

De Madrid, de Barcelone, de Toulouse, de Bayonne, de Tours, et de partout, la marche des indignés passait par Paris, sur le chemin de Bruxelles où elle doit arriver le mois prochain.

Depuis l’arrivée en France de cette marche, elle aura été en butte à un harcèlement policier constant, les flics empêchant les marcheurs de camper le soir, ceux-ci ayant dû rester à plusieurs reprises sous la pluie, sans même la possibilité d’installer leurs tentes.

A Paris, les marcheurs ont demandé à être hébergés dans des gymnases. Aucun gymnase de la ville ne leur aura été ouvert, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ayant donné instruction aux mairies d’arrondissements de leur refuser tout hébergement.

Et c’est pourquoi les indignés avaient dû demander à toutes les communes des environs l’ouverture d’un gymnase refusée dans la grande ville de Paris…

Seule la ville de Champigny leur aura accordé l’ouverture d’un gymnase, mais c’était compter sans la persécution policière.

Au résultat, il y a deux – ou trois – blessés graves, à l’hôpital Cochin à ’heure où nous écrivons. Des dizaines d’autres ont été malmenés, et embarqués dans divers commissariats.

Dans l’après-midi, on aura vu le maire faire sa tournée d’inspection – avant de donner ses instructions. Interpelé par un vidéaste, il déclarait « ne pas être d’accord sur tout » avec les indignés, mais ne pas être « indifférent » non plus… On aura oublié demander en quoi il n’était pas d’accord… De toute évidence l’idée d’une démocratie réelle, par exemple, ne lui convient en rien… Et s’il n’était pas « indifférent », c’est surtout que la protestation des indignés demandant la justice sociale ne peut que déranger un « socialiste » qui a gouverné la ville au bénéfice des riches au point d’en chasser tous les pauvres – et même une grande part de ce qu’on appelle les « classes moyennes ».

Or, c’est précisément ce que dénoncent les indignés. A Madrid comme à Tel Aviv et ailleurs, ils s’insurgent d’abord pour réclamer le droit au logement contre lequel Delanoë et les flics de Sarkozy n’ont de cesse de taper aussi fort que possible.

Cette nuit, ils se sont déchaînés, contre les manifestants pacifiques qui voudraient seulement un peu de justice… La justice, en France, il n’en est pas question. A Paris moins qu’ailleurs.

Dans les jours qui viennent, il va falloir demander des comptes à ces gestionnaires de « l’ordre » – le Maire socialiste comme le Préfet sarkozyste. Non seulement ils auront porté atteinte au droit de manifester, mais il y a eu des blessés. Delanoë et Gaudin en portent l’entière responsabilité.

Il y a dix ans, le maire socialiste, élu un 18 mars, portait l’espérance d’une revanche sur le scandale de la semaine sanglante de 1871. Rarement espérance aura été autant déçue. C’est la droite versaillaise qui gouverne encore sous sa houlette, la mairie agissant en totale complicité avec la Préfecture – et l’Elysée.

On a pu voir Delanoë exonérer Chirac de ses malversations municipales – concluant un pacte honteux pour éviter à l’ancien maire d’avoir à répondre. Non seulement il aura perpétué la politique immobilière de celui-ci et l’aura portée à des niveaux dégueulasses où plus personne ne sait comment survivre dans sa ville où les sans abris se sont multipliés de façons incroyable. Mais maintenant il s’oppose même à l’expression de toute revendication de justice.

Il faudra bien virer Delanoë et refonder la liberté municipale. Et pour ça, il faudra aussi en finir avec la Préfecture de police de Paris, cette anomalie imposée à la ville depuis 140 ans – depuis la Commune de Paris – pour amputer la capitale de sa liberté politique.

Car il nous faut une démocratie réelle, maintenant.

Paris s’éveille
La police intervient:




French police detain “over a hundred” indignados in Paris By Jérôme E. Roos On September 20, 2011

After a weekend of provoking and intimidating peaceful protesters, French police tonight escalated their oppression : 60+ arrested, at least 3 wounded.

Via La Informacion

About 130 indignados, members of the popular march that is scheduled to arrive in Brussels on October 8, have been detained by French police tonight at 21:30 on the Boulevard Saint Germain in Paris.

Lainformacion.com has contacted one of the detainees, who at the time was stuck in a police van. According to the protester, three cars have been loaded with his companions to be taken to different police stations in Paris.

“We were walking together when the police blocked the passage and teargassed us. We just sat on the floor, we weren’t violent at any moment, all we said is that we wanted to go to Brussels, but they just began to beat us.”

Also, according to the 15-M movement in Madrid, two people were seriously injured.

The sources said members of the march are mostly Spanish, although there are also detainees of French and other nationalities.

“There was a lot of pressure from the police these days, but today’s repression is indescribable,” the 15-M movement claims in its communications, noting that since their arrival in Paris last Friday, the police continued to follow the indignados.

[Note from the ROAR editor : throughout most of the weekend, there was just about as much fully-geared riot police as there were protesters].

Meanwhile, a police spokesman claimed that the detainees were involved in an “unauthorized demonstration” and had hindered the circulation of traffic in the area, so they were taken to various police stations. French police said the number of detainees was sixty, and claimed that there were no injuries and that, once identified, the detainees would be released.

[Another note from the ROAR editor : these are the same intimidation tactics that we saw with Saturday’s kettle : trying to scare the populace into submission through mass police presence, full riot gear appearance, random arrests (without charges), and hard-handed physical removals].

The people detained by police came to the capital last Friday to hold popular assemblies whose main objective, according to participants, was the ”coordination of the 15-M movement at the international level.”

 

blogger templates