20 mars 2012

nlles des marcheurs "indignés" en Quercy

Compte rendu étape 7: Caylus Concots

Publié le: 20 mars 2012 by marchetoulouse2012

Réveil au bord du lac de Caylus aux alentours de 8h30, pour un départ prévu vers 9h30. En effet l’étape du jour est conséquente : 25km jusqu’à Concots.

Finalement les préparatifs sont plus longs que prévus ; rangement des affaires, longues discussions à propos de l’itinéraire, réveil difficile,…

Bref, nous quittons Caylus aux alentours de 11h en se disant qu’il faudra améliorer notre organisation. A noter que trois marcheurs présents depuis le début de la marche, se sont rendus à Cahors dans les locaux d’ Antenne d’ Oc , radio locale engagée, où nous étions invité. L’interview s’est bien déroulée grâce à l’accueil de William, qui après cette session et malgré une bonne heure de retard de notre part, nous a montré quelques coins sympathiques de cette si belle ville. Merci à lui !



La route entre Caylus et Concots est encore magnifique. Elle nous conduit au milieu du camp militaire, ce qui nous donne l’occasion de faire une action symbolique de « seed bombing » : des graines pour faire fleurir la paix. Nous reprenons la route pour rejoindre Jamblusse et pique-niquer au bord d’un lavoir.



Après une mini sieste, nous voilà repartit direction Concots. Pris dans les discussion, nous ratons le sentier pour nous y rendre. Nous nous retrouvons à Varaire, ce qui nous oblige à faire 8km de plus. Les signes d’encouragement des automobilistes nous donnent l’énergie de terminer cette étape et nous arrivons à Concots vers 19h30.


Le comité d ’accueil est au delà de nos espérances. Maya et Jean Louis, adjoint au maire, y ont largement contribué.

Un vrai banquet est installé devant le foyer rural. Nous partageons soupes, tartes, ragoûts, crêpes, gâteaux… Nous sommes profondément émus par cet accueil. Ensuite pas moins de 50 personnes participent à l’assemblée populaire. Après une brève présentation de la marche et de ses objectifs, et du mode de fonctionnement de l’assemblée populaire, les débats ont tournés autour de la question de nos modes d’alimentation, du vote, de l’état de notre société actuelle… Les discussions furent très riches, la pluie n’étant pas suffisante pour les arrêter. La plupart des personnes présentes, en effet, nous ont suivies à « l’ usine à kroquettes », un lieu de création artistique. Notre belle assemblée à pu continuer une petite heure. Cet endroit fort sympathique fût ensuite le théâtre de chants plus ou moins révolutionnaires de danses plus ou moins traditionnelles, de rires… Une scie en guise de violon, Fanny a ajouté aux accords de guitares, déjà déjantés, des sons tout à fait psychédéliques.



Nuit agitée donc à l’usine à kroquette donc, en attendant le café promis par les habitants pour le lendemain matin ! 

 

blogger templates