23 mars 2012

...sur la tuerie de Toulouse

Les Indigènes de la République | vendredi 23 mars 2012

Le point du vue du PIR sur la tuerie de Toulouse

par PIR



Dans la semaine qui vient de s’écouler, Mohamed Merah qui se revendiquait d’Al Qaida, a commis plusieurs assassinats à Montauban et Toulouse, blessant gravement un soldat martiniquais actuellement dans le coma, et tuant trois militaires maghrébins et quatre personnes juives dont trois enfants. Quelles que soient ses justifications, s’agissant particulièrement des enfants, nous condamnons cet acte de la façon la plus ferme et tenons à exprimer aux familles maghrébines, juives et antillaises qui pleurent leurs proches, qu’auprès d’elles, nous sommes en deuil.

Nous ressentons également de la colère et de l’amertume contre l’acte de ce jeune homme qui prétendait agir pour les causes palestinienne et afghane. Par son acte il dénature la finalité de ces justes causes, en brouille le message et renforce le camp qu’il prétend combattre. À un mois de la présidentielle, sa folie meurtrière d’une part redynamise la campagne de Nicolas Sarkozy et celle de Marine Le Pen et dans le même mouvement fragilise les efforts du mouvement anti-raciste et anti-impérialiste dans sa lutte acharnée pour la justice et la liberté.


Cependant, il serait inconséquent de croire que les délires vengeurs de Mohamed Merah viennent du néant. La terrible violence qu’il vient de manifester s’est nourrie depuis des années de la raison froide des guerres meurtrières menées par les grandes puissances en Afghanistan, en Irak et ailleurs, avec le soutien de l’Etat d’Israël. Comment pouvait-on ne pas prévoir qu’un jour tout cela mènerait à des actions violentes dont les Français juifs, constamment identifiés par la propagande israélienne au sionisme, seraient la cible ? C’est pourtant ce lien qu’il faut briser pour empêcher les amalgames entre Juifs et Israël. Et c’est là que réside l’honneur du mouvement antisioniste : œuvrer pour la libération des Palestiniens mais aussi des Juifs.

Comment pouvait-on ignorer que l’islamophobie croissante qui s’exprime ad nauseam, jusqu’à devenir cette année un argument électoral majeur, finirait par inciter certains partisans de groupuscules violents à passer à l’acte ? Cet arrière-plan idéologico-politique ne pouvait être ignoré. Déjà on cherche à instrumentaliser ce crime, déjà reprennent les amalgames comme le fait de manière scandaleuse le Crif qui, depuis qu’a été révélée l’identité du meurtrier, renonce à la marche qui devait être organisée avec des organisations musulmanes. On ne manifeste pas avec des coupables ! C’est là une attitude honteuse vis-à-vis des victimes, irresponsable et dangereuse. La juste émotion soulevée par cette tragédie ne doit en aucun cas devenir l’otage d’intérêts politiciens ou lobbyistes. Ce doit être au contraire l’occasion pour la société française de méditer collectivement les ravages de choix politiques nationaux et internationaux contraires au bien commun. Anders Behring Breivik et Mohamed Merah ne sont pas des accidents en terre d’Europe. Ils sont l’expression de l’incroyable désordre généré par le système impérialiste et raciste. Ils en sont à la fois des conséquences et des symptômes. En ce sens, Breivik et Merah sont bien des produits de l’Europe.

Le PIR

 

blogger templates